Today: Saturday 24 July 2021 , 11:35 am


advertisment
search




Corée du Sud

Dernière mise à jour 12 Jour , 18 heure 6 Vues

Advertisement
In this page talks about ( Corée du Sud ) It was sent to us on 11/07/2021 and was presented on 11/07/2021 and the last update on this page on 11/07/2021

Votre commentaire


Entrez le code
 
.
note_devise = non officielle
capitale = Séoul
coordonnées_capitale = 37°35'N, 127°0'E
lien_villes = Liste de villes de Corée du Sud
titre_plus_grande_ville = Plus grande ville
plus_grande_ville = Séoul
type_gouvernement = République
revendication =
titre_dirigeant = Président de la République
nom_dirigeant = Moon Jae-in
titre_dirigeant2 = Premier ministre
nom_dirigeant2 = Chung Sye-kyun
titre_parlement = Parlement
nom_parlement = Assemblée nationale
superficie_rang = 109
superficie_totale = 100210
pourcentage_eau = 0,3 %
population_rang = 28
population_totale = 51709098
population_année = 2019 .
type_indépendance = Date
pays_indépendance = Du gouvernement militaire de l'armée des États-Unis en Corée
date_indépendance =
gentilé = Sud-Coréen
PIB_PPA = milliards de dollars
+ 4,82 %
PIBPPA_année = 2019
PIBPPA_rang =
PIB = milliards de dollars
+ 5,95 %
PIB_année = 2018
PIB_rang =
PIB_HAB = dollars
+ 4,4 %
PIBHAB_année = 2019
PIBHAB_rang =
IDH = 0,906 .
IDH_année = 2018
IDH_catégorie = Très élevé
IDH_rang =
monnaie = Won
code_monnaie = KRW
fuseau_horaire = +9
hymne_national =
langue_hymne = coréen
transcription_hymne = Aegukga
traduction_hymne = Chanson de l'amour pour le pays
audio_hymne = National Anthem of Republic of Korea 2018 Chorus.wav
fête_nationale = 3 octobre
fête_evt = Fondation du premier État coréen Gojoseon par Tangun ( )
domaine_internet = .kr, .한국
iso3166-1 = KOR, KR
indicatif_téléphonique = 82
p1 =
de = du%20
langues = Coréen et langue des signes coréenne .
pays frontaliers =
PIBV_année = 2018
PIBV = milliards de ₩
+ 3,32 %
PIBHABNOM_année = 2018
PIB_HABNOM =
+ 5,51 %
PIBHABNOM_rang =
dette_année = 2014
dette = Nominale :
milliards de ₩
+ 10,02%
Relative :
35,7 % du PIB
+ 5,35 %
chômage_année = 2014
chômage = 3,5 % de la pop. active
+ 13,34 %
organisations_internationales = BAD, AIIB CIR G20 GGGI CD
notes =
La Corée du Sud (en coréen , (hangeul), (hanja) ), officiellement la république de Corée . . . (en coréen , (hangeul), (hanja) ), est un pays d'Asie de l'Est qui couvre la moitié sud de la péninsule coréenne. Sa capitale est Séoul. La langue officielle est le coréen, dont l'écriture est le hangeul ou hangul et la monnaie le won. L'animal représentant le pays est le tigre.
Au nord, son unique frontière terrestre d'une longueur de avec la Corée du Nord, est constituée par la zone démilitarisée (DMZ). La Corée du Sud est bordée par la mer Jaune à l’ouest, par la mer du Japon à l’est (dont l'appellation est dénoncée par les Sud-Coréens qui la désignent « mer de l'Est ») et par le détroit de Corée au sud.
Actuellement, la Corée du Sud est classée douzième puissance économique mondiale selon le calcul du produit intérieur brut en parité de pouvoir d'achat et quinzième selon le critère monétaire traditionnel. Elle est à la fois le pays d’Asie de l’Est avec l’IDH le plus élevé et la fécondité la plus faible.
La Corée du Sud est officiellement en guerre contre la Corée du Nord depuis la guerre de Corée. Chacun des deux États revendique l’intégralité de la péninsule coréenne. Toutefois, en , les dirigeants des deux pays se rencontrent et se disent prêts à faire la paix. Un programme de dénucléarisation de toute la péninsule coréenne est même envisagé.

Étymologie

Le nom que les Sud-Coréens donnent à leur pays est Hanguk, qui signifie littéralement « Pays des Han » (en hangeul : ; en hanja : ), du nom des populations de la Préhistoire de la Corée qui habitaient le sud de la péninsule (à ne pas confondre avec les Han chinois).
Le pays est surnommé le Pays du matin frais (Joseon, 朝鮮), généralement mal traduit par Pays du Matin calme ..
Daehan Minguk est également utilisé, qui signifie « république de Corée » ou littéralement Grande République des Han ( ; ).

Géographie


La péninsule de Corée est baignée à l'ouest par la mer Jaune, au sud par le détroit de Corée et à l'est par la mer de l'Est ou mer du Japon. La surface de la Corée du Sud couvre environ deux fois celle de la Suisse.
Large en moyenne de , le territoire sud-coréen est composé à 70 % de montagnes, orientées dans l'axe nord-sud, rendant les communications est-ouest difficiles. Le volcan Halla (Hallasan), sur l'île de Jeju, est le point culminant de la Corée du Sud, à d'altitude. Aucun volcanisme n'est actif en Corée, qui ne subit quasiment aucun tremblement de terre, même de faible ampleur. Sur le continent, le mont Jiri (Jirisan) ( ) et le mont Seorak (Seoraksan) à sont les points culminants en Corée du Sud. La chaîne du Mont Seorak, très proches de la côte Est, fait barrage aux entrées maritimes depuis la mer de l'Est et produit des hivers secs et froids sur le versant Ouest. Le versant Est subit de temps à autre des typhons venus de la mer du Japon. Sur cette face Est les terrains sont profondément ravinés par les précipitations importantes, les galets constituent les lits des torrents et rivières. Le versant Ouest, peu érodé, présente des collines douces et des plaines agricoles aux sols riches. La côte est très découpée, parsemée de nombreuses îles et Îlots. Les plages de la côte Est sont très appréciées ; par ailleurs la rencontre de deux courants marins au large des côtes rendent ces eaux très poissonneuses.
Sur le plan géologique, le socle de la péninsule, constitué de gneiss du Précambrien, est recouvert par les sédiments et le granit du Mésozoïque (Ère secondaire) et par des sédiments du Quaternaire.

Provinces


La Corée du Sud est divisée en neuf provinces ( , , ), six villes métropolitaines ( , , ), et deux villes spéciales, la capitale Séoul et Sejong, (teukbyeolsi, , ). Administrativement, les villes ont le même statut que les provinces. Elles sont marquées par une étoile dans la liste suivante :
  • Pusan* ( )
  • Chungcheong du Nord ( )
  • Chungcheong du Sud ( )
  • Daegu* ( )
  • Daejeon* ( )
  • Gangwon ( )
  • Gwangju* ( )
  • Gyeonggi ( )
  • Gyeongsang du Nord ( )
  • Gyeongsang du Sud ( )
  • Incheon* ( )
  • Jeju ( )
  • Jeolla du Nord ( )
  • Jeolla du Sud ( )
  • Sejong* ( )
  • Séoul* ( )
  • Ulsan* ( )

Principales villes


Le niveau de vie s'est grandement amélioré en Corée du Sud, concomitamment à la croissance du nombre de citadins : 28 % de la population en 1961, 81,6 % en 2016 ..
Sur les de Sud-Coréens, la moitié — — vivent dans la mégapole de Séoul dont 10,3 dans la capitale même .. Son métro la relie à des villes comme Suwon au sud ou Gimpo (aéroport intérieur) et surtout Incheon à l’ouest (la liaison avec l’aéroport international a été bouclée en 2006).
Si le pays a une densité très élevée, les principales villes se trouvent sur un axe nord-ouest / sud-est, entre Séoul-Incheon et Pusan en passant par Daejeon et Daegu. Le quart nord-est du pays ne compte que Chuncheon comme grande ville, sans que celle-ci rayonne vraiment sur la région.
Daejeon s’impose comme un nœud de circulation vital, et ce n’est pas un hasard si les deux premières lignes du TGV coréen (le Korea Train Express) inauguré en 2004 passent par cette ville :
  • l’axe Séoul-Daejeon-Pusan ;
  • un axe sud-ouest reliant Daejeon Ouest à Mokpo et Gwangju, la principale ville du sud-ouest, mais sans traverser directement Jeonju, la seconde.
Villes ayant plus de en 2016 (intra-muros) . :
{{colonnestaille=20
  • Séoul ( )
  • Pusan ( )
  • Incheon ( )
  • Daegu ( )
  • Daejeon ( )
  • Gwangju ( )
  • Suwon ( )
  • Goyang ( )
  • Seongnam ( )
  • Ulsan ( )
  • Puch'ŏn ( )

Transports


Environnement


Fichier:Korea-Seoul-Cheonggyecheon-2008-01.jpgvignetteCheonggyecheon.
Des mouvements de défense de l'environnement se sont développés en Corée du Sud depuis les années 1980.
vignettecentréupright=3.2Dans le parc national de Sobaeksan en Corée du Sud. Décembre 2017.
La Corée du Sud est le pays de l'OCDE où la qualité environnementale, en particulier la qualité de l'air, est la pire en 2018. L'exposition annuelle aux particules a augmenté en moyenne de 4 % entre 2005 et 2013 à cause des vents de sable et de pollution venant de la Chine .

Faune et flore


Le tigre, qui aurait disparu du sud de la Corée en 1922, a été réintroduit en Corée du Sud en 1986. Par ailleurs, l'hibiscus syriacus (Mugunghwa en coréen) est un des emblèmes de la Corée du Sud, cette fleur étant originaire de la Corée-François Les Althéas (Hibiscus syriacus). Plantimag, dossier , septembre 2003. En ligne http://www.plantyfolia.com/dossiers/200309althea.php?PHPSESSID=03d28c3b92f4130eb92fc276ccb32a4b, consulté le 14 février 2007.

Histoire


Fichier:Geunjeongmun.jpgvignetteGyeongbokgung est un palais royal situé au Nord de Séoul en Corée du Sud.
Les premières migrations de peuplades néolithiques dans la péninsule coréenne remontent au Voir pages xiv et xv in Historical Dictionary of the Republic of Korea, Andrew C. Nahm et James Hoarem, Scarecrow Press, 2004. Depuis lors, ce pays a survécu tant bien que mal entre la Chine et le Japon sans toutefois perdre son identité. La Corée garde encore une culture riche qui a son caractère propre.
La division contemporaine de la Corée remonte aux suites de l’occupation japonaise commencée à partir de 1905. À la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945, la Corée a été divisée en deux zones par les puissances mondiales, les États-Unis et l'URSS. En 1948, le Sud et le Nord se constituèrent chacun en un État indépendant, un Nord communiste, et un Sud sous influence américaine. En 1949, l’armée sud-coréenne a réprimé férocement un soulèvement paysan sur l'île de Jeju, tuant .. La guerre de Corée commença en juin 1950. Le Sud était soutenu par les États-Unis et le Nord par la Chine. L'armistice de Panmunjeom (signé en 1953), met fin aux combats. Mais à ce jour, la guerre n'est toujours pas officiellement terminée. Depuis, la péninsule est divisée par une zone démilitarisée (DMZ) aux alentours du , qui est, paradoxalement, la plus militarisée au monde.
Après la guerre, la république de Corée, régime autoritaire sous le gouvernement autocratique de Syngman Rhee (qui met en place le principe de l'Ilminisme) puis sous la dictature de Park Chung-hee, a connu une croissance économique rapide (à travers le mouvement Saemaul) faisant d'un pays du tiers-monde un des Quatre dragons asiatiques. Park est assassiné le 26 octobre 1979.
C’est dans les années 1980 que des manifestations ont mis fin à la dictature pour installer un pouvoir démocratique. Le 18 mai 1980 à Gwangju, des centaines, voire des milliers de manifestants, étudiants, syndicalistes, sont tués pendant les neuf jours de répression organisés par le régime sud-coréen .. La première élection présidentielle au suffrage universel direct se déroule en 1987. Élu en 1997, Kim Dae-jung est le président bénéficiant d'une véritable légitimité démocratique.
En 1997 , page 123., comme les autres pays asiatiques, la Corée du Sud fait face à un afflux massif de capitaux étrangers qui se retirent ensuite, déstabilisant la monnaie puis l'économie du pays"Globalisation in Question", par Paul Hirst et Grahame Thompson, seconde édition, Cambridge, Polity Press (1999), ..

Politique

Institutions


Fichier:Seoul-National.Assembly-01.jpgvignettegaucheGukhoe, l'assemblée sud-coréenne.
Le chef d'État de la république de Corée est le président, qui est élu par scrutin direct pour une période de . Premier représentant de la République et chef des armées, le président dispose en outre d'un pouvoir exécutif important ; il nomme le Premier ministre avec l'approbation du Parlement. Il préside et nomme également le Conseil d'État.
Le parlement coréen est appelé Assemblée nationale ou Kukhoe ; ses membres sont élus pour quatre ans. Il compte actuellement , dont 245 sont pourvus au suffrage direct et les autres distribués proportionnellement parmi les partis ayant cinq sièges ou plus. L’instance judiciaire la plus élevée est la Cour suprême, dont les juges sont nommés par le président avec le consentement du Parlement.
La déclaration commune Nord-Sud, signée le 15 juin 2000 entre le président Kim Dae-jung et son homologue nord-coréen Kim Jong-il, marque le début d'un dialogue entre les deux Corées.
Le Parlement sud-coréen a adopté, le 12 mars 2004, une motion sans précédent qui suspendait de ses fonctions le président Roh Moo-hyun. La Cour constitutionnelle a infirmé cette destitution le 14 mai 2004. Le président avait apporté en février 2004 son soutien au Parti Uri (pour les élections d'avril), ce qui est une infraction au code électoral. Voir l’affaire de la destitution de février 2004.
Fin octobre 2004, la Cour constitutionnelle déclarait que la localisation de la capitale nationale à Séoul était implicitement du domaine constitutionnel en raison de plusieurs centaines d'années de tradition. Par conséquent, la loi de délocalisation de la capitale Séoul vers la province de Chungcheong du Sud (au centre du pays) votée en décembre 2003 par le parti Uri du président Roh et l'opposition du GPN de Park Geun-hye était invalidée .. Il faudrait pour que la délocalisation soit effective que l'amendement de délocalisation soit voté comme une modification constitutionnelle sanctionnée d'une part par un vote à la majorité des 2/3 à l'Assemblée, d'autre part par un référendum national. Après de long débat, un compromis est adopté fin 2010 prévoyant le déménagement de 36 ministères et agences publiques et la création de la ville spéciale de Sejong, à au sud de Séoul .. La capitale administrative est inaugurée le 2012 et les premiers ministères déménagent en septembre 2012 ..
Dans un contexte de forte impopularité du chef de l'État, les élections locales (municipales et provinciales) du 31 mai 2006 se sont traduites par un fort recul de la majorité gouvernementale, au profit de l'opposition conservatrice du Grand parti national, alors que l'abstention a été très élevée (près de 49 %).
Lee Myung-bak (grand parti national, GPN) a été élu président de la république de Corée en décembre 2007, lors de la seizième élection présidentielle avec 48,7 % des voix face à Chung Dong-young (26,1 %) du nouveau parti démocratique uni (NPDU) son adversaire Lee Hoi-chang (15,1 %) qui était également membre du GPN. Il a pris ses fonctions le 25 février 2008. En décembre 2012, Park Geun-hye du GPN est élue présidente avec 51,6 % des voix .. Après un scandale, et d'énormes manifestations, cette dernière démissionne et Moon Jae-in est élu à la présidence de la République en 2017.

Défense

Puissance militaire et spatiale

L’armée sud-coréenne est actuellement l'une des plus puissantes d’Asie, avec les armées chinoise, japonaise et nord-coréenne. Ses effectifs sont de en armée d’active, et de en réserve, après avoir été d’un très modeste effectif à sa création.
Le service militaire est obligatoire pour une durée d'au minimum . L'homosexualité y est interdite et peut conduire à une peine allant jusqu’à deux ans de prison .
Le budget de la Défense demandé pour 2010 est de de wons ( de dollars US), soit 2,8 % du Produit intérieur brut ..
Selon l’Institut de recherches international pour la paix de Stockholm, les dépenses militaires de la Corée du Sud ont atteint de dollars US en 2006, la classant au onzième rang mondialSource : Infomag, revue de la Chambre européenne de commerce en Corée, , juillet 2007, .. En 2003, la Corée du Sud avait consacré de dollars à son budget de défense, soit environ 15 % du budget global de l’État (en comparaison, la France dépensait, à la même époque, de dollars US pour sa défense, soit 2,5 % du PIB).
L’industrie de l’armement de ce pays s’est développée et diversifiée depuis les années 1970 et pourvoit à une large part des besoins nationaux.
L’Institut coréen de recherche aérospatiale ou KARI ( ) développe depuis 2002 une famille de lanceurs KSLV ( ), en collaboration avec la Russie et a, en 2009, lancé dix satellites artificiels mis en orbite par des lanceurs étrangers.
Le vol inaugural du lanceur de base, le KSLV-1, qui a eu lieu le 25 août 2009 a été un échec, le satellite STSAT-2A ne s'étant pas détaché du deuxième étage de la fusée ..
Une seconde tentative a eu lieu le 10 juin 2010, mais la fusée a explosé après deux minutes de vol, Russes et Coréens se rejetant la faute ..
Le , le 30 janvier 2013, a finalement été couronné de succès, réussissant la mise à poste du satellite .. Il intervenait après plusieurs reports pour des anomalies techniques, et sous la pression du succès du de la Corée du Nord, intervenu le 12 décembre 2012.

Alliance militaire avec les États-Unis

Environ américains sont stationnés en Corée du Sud depuis la fin de la guerre de Corée. Le nombre de soldats américains en Corée a diminué à en 2008 dans le cadre d’un redéploiement des forces. En cas de guerre, les États-Unis exerceraient le commandement militaire en Corée du Sud. Cette subordination militaire aux États-Unis découle de l’accord de défense mutuelle entre les deux États signé le {{Lien web format=pdf titre=États-Unis d'Amérique et Corée Traité de défense mutuelle. Signé à Washington, le octobre 1953 url=http://untreaty.un.org/unts/1_60000/7/5/00012222.pdf site=Collection des Traités des Nations unies consulté le=18 août 2008.. À la suite de négociations terminées en 2007, un accord prévoit que le , date qui a été repoussée à décembre 2015 lors du sommet du G20 à Toronto le 26 juin 2010, le commandement des forces combinées en cas de conflit passe sous la responsabilité de la Corée du Sud http://www.globalsecurity.org/military/agency/dod/usfk.htm U.S. Forces, Korea / Combined Forces Command, Combined Ground Component Command (GCC) Global Security.
De par l'Accord de statut des forces (SOFA) en vigueur, les soldats américains bénéficient d’un privilège d’extraterritorialité : les affaires judiciaires impliquant des soldats américains basés en Corée du Sud pour des actes commis en Corée sont jugés par des tribunaux américains, et non par des tribunaux coréens de même que les actes délictueux d'éventuels militaires sud-coréens aux États-Unis sont également couverts par le même statut. Ce statut a été critiqué lorsque des soldats américains ont été à plusieurs reprises impliqués dans des affaires de viol ou de mort de Sud-Coréens (tués accidentellement par des conducteurs de véhicules), pourtant, les SOFA établis par la Corée du Sud avec d'autres pays prévoient le même statut, comme c'est le cas de la majorité des accords de ce type entre États.
La Corée du Sud est aussi un élément important du dispositif d’endiguement maritime de la Chine par les États-Unis . ; américains y sont stationnés de manière permanente. Le projet de déploiement du bouclier antimissiles américain sur le sol coréen est actuellement source de grandes tensions entre la Corée du Sud, la Chine et la Corée du Nord ..

Diplomatie


Relations intercoréennes


La politique extérieure de la Corée du Sud reste dominée par la question des relations intercoréennes et de la réunification de la Corée. La déclaration commune Nord-Sud, signée le 15 juin 2000 entre le président Kim Dae-jung et son homologue nord-coréen Kim Jong-il, a marqué l'approfondissement du dialogue entre les deux Corée.
Un second sommet intercoréen, entre le dirigeant du Nord Kim Jong-il et le président sud-coréen Roh Moo-hyun, initialement prévu à Pyongyang du 28 au 30 août 2007"Two Koreas to Hold Summit", dépêche de l'agence AP, reproduite sur le site du "Washington Post", 8 août 2007 http://www.kcna.co.jp/index-e.htm Lire le communiqué commun Nord-Sud, sur le site de l'agence nord-coréenne KCNA, a été reporté du 2 au 4 octobre . après que les plus graves inondations en Corée du Nord depuis quarante ans ont entraîné et disparus et touché un million de personnes .. L'accord intercoréen signé le 4 octobre 2007 a souligné l'engagement commun des deux États pour promouvoir la paix et la prospérité économique dans la péninsule ..
En 2008, la situation était toujours extrêmement tendue entre les deux Corée. Exemple avec la menace d'« attaque préventive » proférée par la Corée du Nord le 24 décembre 2008La RPDC menace d'une "attaque préemptive" contre la Corée du Sud et les États-Unis, Xinhuanet, 24 décembre 2008 et le torpillage d'une corvette sud-coréenne par un submersible nord-coréen. La Corée du Sud propose un milliard de wons ( ) de récompense aux Nord-Coréens qui feraient défection et livreraient des informations sensibles .

Alliance avec les États-Unis


Fichier:MB-YO GWBush-MrsBush 2008-Aug-6.jpgvignetteMr Lee Myung-bak, dixième président de la Corée du Sud en compagnie du président George W. Bush et son épouse en 2008.
Par ailleurs, la Corée du Sud est un allié des États-Unis dont environ stationnent sur son territoire. La Corée du Sud a apporté le plus important contingent étranger, après celui des États-Unis, lors de la guerre du Viêt Nam.
Elle a également envoyé des troupes en Irak ; le 28 novembre 2006, le gouvernement sud-coréen a annoncé son intention de diminuer de moitié (de à ) la taille du contingent alors présent en Irak .. Les forces sud-coréennes ont quitté ce pays lors de la fin du mandat de la coalition militaire en Irak en décembre 2008Agenda du 20 décembre 2008, Novosti.

Relations entre la Corée du Sud et le Japon


Après la fin de l’occupation japonaise en 1945, la Corée du Sud et le Japon, où réside toujours une minorité coréenne de , n’ont établi de relations diplomatiques qu’en 1965 . L’accord du , signé sous l’impulsion du président Park Chung-hee avec les encouragements des États-Unis, malgré d’importantes manifestations d’opposition en Corée du Sud, a entraîné le versement d’une aide économique pendant dix ans (1965-1975) du Japon à la Corée du Sud, dont la majeure partie sous forme de dons .
Toutefois, l’ensemble des contentieux historiques liés à l’occupation japonaise restent présents dans les relations entre Coréens et Japonais, ces tensions ayant des conséquences sur les relations diplomatiques. Ainsi, des initiatives ont été prises pour que le gouvernement japonais reconnaisse l’esclavage sexuel des femmes de réconfort pendant la Seconde Guerre mondiale . Le révisionnisme au Japon, s’agissant notamment de la présentation de l’occupation japonaise dans les manuels d’histoire japonais, est très fortement ressenti par l’opinion sud-coréenne. Enfin, les visites de l'ancien Premier ministre japonais Jun'ichirō Koizumi au sanctuaire de Yasukuni-jinja, sur les tombes des généraux japonais de la Seconde Guerre mondiale, a fait peser des risques d’annulation des sommets bilatéraux entre les deux États, à l’automne 2005 .
La souveraineté des Rochers Liancourt en mer du Japon est un sujet de contentieux entre les deux pays. Territoire coréen avant d’être envahi — tout comme le reste de la Corée — par le Japon en 1905, les rochers Liancourt ne sont pas clairement rendus à la Corée lors de la signature du traité de San Francisco Traité de San Francisco , sur le site de l’ONU.. De ce fait, le Japon les considère comme territoire japonais, puisqu’il n’est précisé sur aucun traité qu’ils doivent être rétrocédés à la Corée. La république de Corée occupe militairement les rochers depuis 1954. Voir Contentieux sur les rochers Liancourt.
La Corée du Sud se bat de plus contre l’appellation « mer du Japon » et souhaite qu’elle soit changée en « mer de l’Est ». Selon les Coréens, l’appellation « mer du Japon » est un vestige inacceptable de l’impérialisme japonaisEst Sea.. Le Japon soutient de son côté que l’appellation provient des cartographes occidentaux — plus de du utilisent l’appellation « mer du Japon » — bien avant que le Japon ne devienne une puissance impériale{{Lien web langue=en titre= url=http://www.mofa.go.jp/policy/maritime/japan/#5 éditeur= .. Voir . De nombreux Coréens sont de même persuadés que si la traduction en anglais de « Corée » est et non Corea, c’est à cause de la volonté du Japon d’apparaître en premier dans l’ordre alphabétique http://articles.latimes.com/2003/sep/15/world/fg-corea15 ..

Rôle de la Corée du Sud aux Nations unies

La désignation de l’ancien ministre des affaires étrangères Ban Ki-moon au poste de secrétaire général des Nations unies, depuis le , a constitué un succès pour la diplomatie sud-coréenne. La Corée du Sud participe aussi activement aux missions de maintien de la paix de l’ONU : le 28 novembre 2006, le gouvernement sud-coréen a annoncé que seraient déployés au Liban sous mandat de l’ONULa Corée du Sud enverra au Liban sous casque bleu, Libnanews..

Essor des échanges sino-coréens et nippo-coréens

La Chine et la république de Corée ont établi des relations diplomatiques en 1992.
Alors que la Chine est devenue un des principaux partenaires commerciaux de la Corée du Sud, la rencontre du président Roh Moo-hyun avec son homologue chinois Hu Jintao, en septembre 2005, a témoigné d'une communauté de vues dans le domaine diplomatique. Le président sud-coréen a alors salué les démarches accomplies par la Chine pour promouvoir le dialogue intercoréen .
Le 14 janvier 2007, à Cebu (Philippines), en marge du forum de l'ASEAN, s'est tenue la septième rencontre trilatérale entre les chefs d'État et de gouvernement chinois, japonais et sud-coréen. Ces échanges doivent approfondir la coopération entre les trois États sur des questions d'intérêt commun, notamment dans les domaines économique, culturel et de protection de l'environnement .

Diversification des relations extérieures

= Relations franco-sud-coréennes =


Les premières relations diplomatiques entre la France et la Corée ont été établies en 1886. Des cérémonies ont été organisées en 2006 en France et en Corée du Sud pour célébrer le des relations diplomatiques entre les deux pays.

= Relations africano-sud-coréennes =

Souhaitant diversifier ses relations extérieures, la Corée du Sud s'est engagée, en septembre 2006, à tripler son aide à l'AfriqueAgence de presse Xinhua. La Corée du Sud s'est engagée mercredi à renforcer sa coopération avec les pays africains, et à tripler son aide au développement de l'Afrique d'ici 2008. . 9 novembre 2006. En ligne Consulté le 14 février 2007. En particulier, la Corée du Sud doit financer en 2007 un projet de lutte contre la méningite en Côte d'Ivoire qui concerne un million de personnes ..

Catastrophes écologiques

Le 7 décembre 2007, la collision d'une barge appartenant à Samsung Heavy Industries avec un pétrolier hongkongais au mouillage, le Hebei Spirit, a causé la plus grave marée noire qu'ait connue la Corée du Sud.

Économie


Le plus grand des quatre dragons asiatiques en termes de poids économique, la Corée du Sud a connu une phase spectaculaire de croissance et d’intégration dans l’économie mondiale moderne. Dans les années 1960, le PIB par habitant était comparable à celui des pays les plus pauvres de l’Afrique et de l’Asie. En 2019, son PIB par habitant à parité de pouvoir d'achat (PPA), à , le place devant l'Italie, au même niveau que le Japon, et légèrement inférieur à l'Allemagne, pays membres de l'Union européenne.
À partir des années 1960, la Corée du Sud a suivi une politique économique protectionniste. La plupart des produits d'importation sont interdits, le système financier est nationalisé, des plans quinquennaux sont adoptés, l’État n'emprunte que très peu et les investissements étrangers ne sont pas favorisés. Une réforme agraire conduit à l'expropriation sans compensation des grandes propriétés japonaises et les terres ont été divisées en petites parcelles. Les paysans sont cependant obligés par la loi de vendre leur production à bas prix, ce qui les laisse dans la pauvreté .
Du fait du contexte de guerre froide et de sa situation géographique, la Corée du Sud fut particulièrement privilégiée par les États-Unis qui lui apportèrent une forte aide économique annuelle. Le fer de lance de la politique gouvernementale fut la création des chaebol ; ces conglomérats familiaux (Hyundai, Samsung, LG Group, etc) bénéficièrent de subventions publiques, de protection face à la concurrence internationale, des terrains mis à leur disposition, d'une faible fiscalité et de normes spécifiques. Le gouvernement ne reconnait pas de salaire minimum ou de congé hebdomadaire, impose des périodes de travail gratuit à son bénéfice et les journées de travail sont d'une durée de douze heures. En outre, les syndicats et les grèves sont interdits. Dans les années 1980, la semaine de travail d'un ouvrier sud-coréen est la plus longue au monde
En 2008, la Corée du Sud est devenue la économique mondiale avec un PIB de de dollars américain . Au niveau des échanges, en 2007, il s'agit de la et commerciale mondiale respectivement en termes d'exportation et d'importation de marchandises. Si l'on exclut les échanges intra-Union Européenne, la Corée du Sud devient respectivement la et la exportatrice et importatrice de biens .
Ce succès, à la fin des années 1980, a été obtenu grâce à des liens étroits entre le gouvernement et le monde des affaires, prévoyant notamment un système de crédit dirigé, des restrictions sur les importations, le financement de certaines industries et une politique d’endettement massif. Le gouvernement a favorisé l’importation de matières premières et de technologie aux dépens des biens de consommation et a encouragé l’épargne et l’investissement au détriment de la consommation. Il s’explique aussi par une très importante quantité de travail demandé aux ouvriers. En 1980, la semaine de travail d'un ouvrier sud-coréen est la plus longue au monde entier et celui-ci ne représente que 50 % du coût salarial d'un ouvrier mexicain. Les syndicats sont alors illégaux ..
La crise économique asiatique de 1997 a exposé des faiblesses anciennes du modèle de développement de la Corée du Sud, y compris des ratios dettes/capitaux propres élevés, la dépendance vis-à-vis de prêts étrangers massifs, le manque de rigueur du secteur financier. La croissance a chuté de 6,6 % en 1998, puis a fortement récupéré : 10,8 % en 1999 et 9,2 % en 2000. La croissance est tombée de nouveau à 3,3 % en 2001 en raison du ralentissement global de l’économie, qui entraîne des baisses d’exportation, et de la perception que les réformes tant nécessaires ont stagné. Menée par l’industrie et la construction, la croissance en 2002 a retrouvé un taux dynamique de 5,8 % en dépit de la croissance globale anémique. En 2007, l'économie de la Corée du Sud a continué sur une croissance de 5 %.
Ayant fait le choix d’un modèle d’économie tournée vers les exportations, la Corée du Sud, qui s'est longtemps concentrée sur le marché nord-américain, a récemment diversifié ses partenariats commerciaux. En 2007, la Corée du Sud est devenu le troisième pays fournisseur de la Chine, à hauteur de 10,9 % de l'importation totale, après le Japon et l'Union européenne. Le marché de la Chine a représenté d'ailleurs plus de 22 % de l'exportation totale de la Corée, devant celui de l'Union européenne (15,1 %) et les États-Unis (12,4 %). Les récents traités de libre-échange en vigueur établis avec le Chili (entré en vigueur le avril 2004), Singapour (depuis mars 2006) et les pays de l'ASEAN (depuis juin 2007 pour les produits manufacturiers et depuis mai 2009 pour les services), ainsi que ceux en attente de promulgation établis avec les États-Unis (traité conclu en avril 2007), l'Union européenne (en phase de conclusion en août 2009) et la récente conclusion de l'accord de partenariat économique global avec l'Inde (août 2008) permettraient de maintenir à terme une croissance relativement élevée comparée aux autres pays développés. Parmi les points faibles de son agriculture, le pays était ainsi quatrième au palmarès des importateurs mondiaux de céréales au milieu des années 2010.
Annoncé par le président de la Corée du Sud Lee Myung-bak en août 2008, un programme de relance économique fondé essentiellement sur les énergies renouvelables, appelé Bas carbone, croissance verte a été mis sur pied.La Corée du Sud fait partie de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (APEC), de l'ASEAN+3 incluant les pays membres de l'ASEAN ainsi que la Chine, le Japon et la Corée du Sud, et du G20.
La Corée du Sud a un faible taux de chômage mais l'un des taux de stress au travail les plus élevés de l'OCDE, et plus de 30 % des employés ont un travail qui ne répond pas à leurs qualifications.
Les chaebol sont parfois considérés comme des « colosses aux pieds d'argile » ; surendettés, ils ne survivent que par un soutien sans faille du système bancaire et du gouvernement. Cette collusion entreprises-gouvernement-hauts fonctionnaires a généré une très grande corruption. Ainsi, le général Roh Tae-woo (au pouvoir de 1988 à 1993), a bénéficié de de dollars de pots-de-vin et le scandale Choi Soon-sil provoque la chute du gouvernement en 2016. En outre, les chaebol sont handicapés par leur dépendance technologique à l'égard des pays étrangers, les conduisant à pratiquer une politique systématique de veille et d’espionnage technologique et industriel.
Les inégalités sociales sont croissantes et très élevées. En 2014, un rapport de la Banque asiatique de développement souligne que : « la rapidité de la détérioration des inégalités de revenu en Corée du Sud au cours des vingt dernières années a été la cinquième plus importante sur vingt-huit pays asiatiques » .
Voir aussi : Liste d'entreprises sud-coréennes.

Médias

La presse écrite est dominée par trois quotidiens de sensibilité conservatrice : le Chosun Ilbo, le Dong-a Ilbo et le Joong-ang Ilbo. Les autres principaux titres sont le Hankook Ilbo, le Hankyoreh, le Kyunghyang Shinmun, le journal financier Hanguk Kyeongje Sinmun et, en langue anglaise, The Korea Herald et The Korea Times. Trois magazines d'opinion jouent un rôle important : le Sisajonol, le News and People et le Hangyore 21.
Les trois principales chaînes de télévision sont la Korean Broadcasting System (KBS, publique), la Munhwa Broadcasting Corporation (acronyme anglais : MBC, publique) et la Seoul Broadcasting System (SBS, privée).
La Corée du Sud est un des pays les mieux connectés à Internet au monde et le site OhmyNews y est influent .
Le moteur de recherche Internet Naver domine le marché sud-coréen. Il est utilisé par 77 % des internautes sud-coréens, alors que Yahoo! atteint 4,5 %, Daum un autre moteur de recherche coréen arrive en deuxième place. Google a moins de 2 %.

Démographie

Fichier:Korea-South-demography.pngvignetteÉvolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.
La population coréenne était l'une des plus homogènes du monde, ethniquement et linguistiquement, avec comme seule minorité une petite communauté chinoise ( à la fin des années 1970). Depuis lors, le nombre d'étrangers a augmenté et a dépassé un million en 2007 et en 2016« L'immigration grandissante pousse la Corée du Sud vers la diversité », Agence de presse Yonhap, le 11 mai 2016..
Des Coréens ont vécu en Mandchourie pendant de nombreux siècles, et constituent maintenant une minorité en Chine. Joseph Staline a envoyé des milliers de Coréens, contre leur volonté, en Asie centrale (ancienne Union soviétique) depuis Vladivostok et Khabarovsk. La majorité de la population coréenne au Japon s'y trouve depuis la période coloniale.
Le taux de fécondité en Corée du Sud est le plus bas du monde : par femme. L’effondrement de la natalité s’expliquerait par un système économique qui multiplie les exclus, une société de plus en plus solitaire et le manque de confiance en l'avenir ..
L'instabilité politique, sociale et économique en Corée du Sud ont conduit beaucoup de Sud-Coréens à émigrer à l'étranger, principalement aux États-Unis ou au Canada.
La ville de Séoul est une des plus grandes zones métropolitaines du monde. Sa densité lui a permis de devenir l'une des villes les plus « numériques » dans l'économie globalisée d'aujourd'hui.

Langues


La langue coréenne est aujourd’hui considérée comme un isolat ., elle fut un temps considérée comme faisant partie de la famille — supposée — des langues altaïques. Le système d'écriture coréen, han'gû ou hangeul, ou hangul a été inventé en 1443 par le roi Sejong le Grand pour faciliter l'éducation de ses sujets — en effet, les caractères chinois étaient jugés trop difficiles et trop longs à apprendre pour un individu moyen — par la proclamation royale de Hunmin jeongeum (훈민정음, 訓民正音), qui signifie littéralement « les sons appropriés pour enseigner au peuple ». Il est différent de la forme chinoise de communication écrite (hanja) car il est fondé sur la phonétique coréenne.
Durant les siècles qui suivirent l’invention de l’alphabet coréen, la connaissance des sinogrammes était synonyme d’érudition ; l’alphabet étant réservé aux classes sociales non éduquées. Avant 1912, l’alphabet s’appelait en effet le « », ce qui signifie « écriture vulgaire ». Il se nomme aujourd’hui « », ce qui signifie « écriture (des) Han », en référence à l’ethnie coréenne Han à ne pas confondre avec l’ethnie chinoise Han. L’adoption massive de l’alphabet comme moyen d’écriture débute durant la période du protectorat japonais et prend toute son ampleur à la fin de la seconde guerre mondiale.
De nombreux mots fondamentaux du coréen ont été empruntés au chinois via les hanja, et les Coréens plus âgés préfèrent toujours écrire des mots en hanja, identiques aux sinogrammes chinois et aux kanji japonais, car il était strictement interdit d'étudier et de parler le coréen durant la domination japonaise.

Romanisation

Il existe principalement deux méthodes concurrentes de romanisation du coréen en Corée du Sud.
  • La romanisation McCune-Reischauer, dont une variante fut utilisée en Corée du Sud de 1984 à 2000 et dont une version modifiée est officiellement utilisée en Corée du Nord. Exemple : le mot « », qui signifie « Pays du matin frais » et dont la prononciation est /t͡ɕo̞sʰʌ̹n/ donne en romanisation McCune-Reischauer : « » et en romanisation nord-coréenne : «   ».
  • La romanisation révisée, développée par l’ à la demande du gouvernement en 1995, a pour but principal de n’employer que des caractères ASCII. Elle est adoptée officiellement par la Corée du Sud en l’an 2000. Le changement de romanisation a été critiqué, la prononciation des mots coréens transcrits en romanisation révisée pouvant être parfois contre-intuitive pour un locuteur habitué aux prononciations occidentales, pinyin.info. http://www.koreamosaic.net/articles/mccune-reischauer-ras.pdf , koreamosaic.net. . Exemple : le mot « » devient en romanisation révisée : « ».
Les noms des personnes et des entreprises utilisent la plupart du temps un autre système de transcription adapté aux règles de prononciation de l'anglais.

Langues secondaires en Corée du Sud

On enseigne l'anglais comme deuxième langue dans la plupart des écoles primaires. On enseigne également au lycée durant deux ans le chinois, le japonais, le français, l'allemand ou l'espagnol. Il existe une petite minorité dont le japonais est la langue maternelle, mais ces locuteurs sont généralement bilingues japonais et coréen.

Différences avec la Corée du Nord

= Appellation =

Le coréen de Corée du Nord s'appelle officiellement 조선말 Chosôn mal, littéralement la parole/conversation de Chosôn, en référence au royaume de Chosôn. Le coréen de Corée du Sud s'appelle officiellement 한국어 Han'guk ô, littéralement la langue Han, en référence à l’ethnie Han coréenne à ne pas confondre avec les Han de Chine.
Le Chosôn mal et le Han'guk ô utilisent le même alphabet appelé 조선글 Chosôn'gûl en Corée du Nord et 한글 Han'gû en Corée du Sud.

= Orthographe =

Il existe deux facteurs à l'origine des différences orthographiques entre le Chosôn mal et le Han'guk ô. Le Coréen est une langue agglutinante qui emploie des particules qui viennent se coller aux mots.
Le Han'guk ô emploie des espaces entre les différents termes faisant partie d'un groupe nominal ce qui n'est pas le cas en Chosôn mal. Par exemple le nom officiel de la Corée du Nord en Chosôn mal s'écrit 조선민주주의인민공화국. En Han'guk ô il s'écrit 조선 민주주의 인민공화국. Les Sud-Coréens plaisantent souvent à ce propos et disent que la Corée du Nord colle tous les mots pour faire des économies de papier .
Certaines lettres de l'alphabet coréen se prononcent différemment en Corée du Nord et en Corée du Sud. La Corée du Sud a adapté l'orthographe afin que cela se rapproche plus de la prononciation standardisée sud-coréenne. Par exemple le nom de l'ex-président sud-coréen Roh Moo-hyun s'écrit 노무현 No Mu Hyôn au sud tandis qu'au Nord il s'écrirait 로무현 Ro Mu Hyôn. Les Sud-coréens trouvant la prononciation du R en début de mot difficile, ont peu à peu modifié l'orthographe et ont remplacé les R par des N.

= Vocabulaire =

Depuis la mise en place de l'idéologie Juche en Corée du Nord, le régime maintient une ligne politique pro-coréenne et proscrit donc tout ce qui est étranger et met en avant ce qui est coréen. La Corée du Sud qui est restée longtemps sous la tutelle des U.S.A et qui entretient encore aujourd'hui des relations importantes notamment au niveau militaire avec les U.S.A, a très vite intégré des mots d'anglais. Par ailleurs, comme les autres pays voisins de la Chine elle a intégré au cours de l'histoire beaucoup de vocabulaire dit sino-coréen, originaire des caractères chinois utilisés par la Corée avant l'invention du système alphabétique coréen par le roi Sejong le Grand. La Corée du Nord a donc inventé de nouveaux mots pour se débarrasser des mots sino-coréens et anglais.
Exemple : œsophage se dit 식도 Shikdo en sud-coréen et provient des caractères chinois 食道. Les Nord-Coréens ont créé le mot 밥길 pap qui signifie littéralement le trajet/la route de la nourriture.
Certains nouveaux mots ainsi créés eurent du succès, d'autres ne furent finalement pas utilisés, jugés peu élégants.

Religions


Le christianisme (31,6 % de la population, dont 24 % de protestants et 7,6 % de catholiques) et le bouddhisme (24,2 % des croyants) sont les deux religions dominantes de la Corée du Sud. On estime en outre que 43,3 % des Sud-Coréens sont sans religion ..
Bien que seulement 3 % de la population se déclare confucianiste, la société est fortement imprégnée des valeurs et croyances confucéennes. Le restant des Coréens pratique le chamanisme (culte traditionnel de l’esprit) et le Cheondogyo (« manière divine »), une religion traditionnelle, encore populaire.

Bouddhisme

Le bouddhisme apparut sur le continent indien au avant J.C et fut introduit en Corée au de notre ère via la Chine. Entre le et le le bouddhisme prit une grande ampleur en Corée et devint la religion d'État du Royaume de Koryô. Le bouddhisme était alors inscrit dans les rites et les cultes civils  subventionnés par l'État.

Catholicisme

Le catholicisme fut introduit en Corée au via la Chine. Bénéficiant d'un statut spécial à la cour chinoise, les occidentaux et missionnaires y dispensaient leurs sciences ainsi que le catholicisme. Cela permit la diffusion de ce dernier en Corée malgré la politique hostile du Royaume de Chosôn à son égard. Les missionnaires ainsi que les converties furent chassés et persécutés.

Protestantisme

Le protestantisme quant à lui fut introduit en Corée au par les missionnaires accompagnant des expéditions occidentales. La colonisation japonaise contribua à son développement .

Culture et société


Fichier:Hyewon-Dano.pungjeong.jpgvignetteDano.
vignetteredresseBongsan Talchum.
La Corée du Sud partage sa culture traditionnelle avec celle de la Corée du Nord. La culture coréenne est influencée par celle de la Chine, influence par contre celle du Japon. Mais elles sont essentiellement distinctes. La culture traditionnelle a été également influencée par le bouddhisme et le confucianisme.
Parmi les États industrialisés membres de l'OCDE, la Corée du Sud est le pays où le taux de suicides (28,1 suicides pour en 2018) est le plus élevé : le suicide est la première cause de décès entre 20 et .
Depuis la division de la Corée en deux États séparés, la culture contemporaine coréenne s'est ramifiée en deux formes distinctes.
Les deux principaux syndicats sont la Fédération des syndicats coréens (FKTU) et la Confédération coréenne des syndicats (KCTU) (voir aussi l’article détaillé syndicalisme en Corée du Sud).
Les Coréens du Sud doivent recevoir la permission de leur gouvernement pour visiter la Corée du Nord ; à défaut, ils peuvent être emprisonnés à leur retour, en application de la Loi de sécurité nationale.
La Corée du Sud est l'un des rares pays industrialisés à interdire l'avortement. Toutefois, la Cour Constitutionnelle demande en 2018 une modification de la législation. Actuellement, les femmes qui se font avorter sont passibles d'un an d'emprisonnement et d'une amende. Les médecins encourent deux ans d'emprisonnement ..
Les Sud-Coréens semblent peu confiants en l'avenir. Selon un sondage réalisé en 2019, 80 % des Sud-Coréens considèrent leur pays comme un et 75 % des jeunes âgés de souhaitent émigrer . "Parasite" gana el Oscar: ¿es Corea del Sur tan desigual como retrata la película?, BBC, 11 février 2020. Beaucoup de personnes considèrent que leur avenir est en grande partie déterminé par la classe sociale dont elles sont issues et ne pas pouvoir rivaliser avec les personnes issues d'un milieu privilégié.
{ />.
La Corée du Sud est aussi connue pour avoir de nombreux joueurs professionnels de Go comme Lee Sedol. C'est un loisir en plein essor et les joueurs coréens occupent le devant de la scène internationale.
La Corée du Sud est le premier marché au monde pour les produits cosmétiques masculins ..

Logement


Les enfants et adolescents sans-abri seraient environ dans toute la Corée du SudEn Corée du Sud, des bus pour les enfants des rues, Le Monde, 09 mai 2017.
Les loyers représentent 50 % des salaires des Sud-Coréens, et maisons sont « si petites que même avec seulement un ou deux résidents, elles sont déjà surpeuplées », selon le rapporteur spécial des Nations unies sur le logement.

Éducation


Le système scolaire coréen est semblable à celui du Japon. En effet, il est divisé en 5 niveaux : école maternelle, école primaire, collège, lycée et université. Ils scolarisent les enfants dès l'âge de .
Selon CIA World Factbook, le taux d'alphabétisation des personnes âgées de plus de en Corée du Sud est 97,9 % en 2012 (soit 99,2 % pour les hommes et 96,6 % pour les femmes) ..
Depuis la partition de la Corée, l’anticommunisme tient une place importante dans l’enseignement moral et civique. La scolarisation des filles reste significativement inférieure dans tous les ordres d’enseignement : de 46 % dans l’élémentaire à 35 % à l’université, cette tendance étant plus marquée dans l’enseignement privé ..

Migrants

La Corée du Sud compte plus de étrangers en situation irrégulière en 2019 ..
Quand les autorités arrêtent des étrangers en situation irrégulière, elles emprisonnent avec eux leurs enfants, même si ceux-ci sont très jeunes. Cette pratique est dénoncée par les ONG de défense des droits de l’homme mais jusqu'à présent sans succès. L’ONG World Vision Korea rappelle que la Corée du Sud viole les conventions internationales sur les droits de l’enfant qu’elle a pourtant signées.
La Corée du Sud importe une partie de sa main d’œuvre à l’étranger, essentiellement en Asie du Sud-Est. Ces ouvriers migrants occupent les emplois mal payés et dangereux, souffrent souvent de conditions de travail exécrables et d’employeurs abusifs. Ils ne peuvent changer d’emploi sans l’autorisation de leur patron. Les accidents du travail sont nombreux, de même que les descentes de police, arrestations et expulsions lorsque leur visas arrivent à leur terme.

Codes

La Corée du Sud a pour codes :
  • HL, selon la liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs,
  • KOR, selon la norme ISO 3166-1, code alpha-3 (liste des codes pays),
  • KR, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-2,
  • .kr, selon la liste des Internet TLD (domaine de premier niveau),
  • ROK, selon la liste des codes internationaux des plaques minéralogiques,
  • KOR, selon la liste des codes pays du CIO,
  • KOR, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-3,
  • KS, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-2.

Notes et références


Voir aussi


Articles connexes

  • Drapeau de l'unification coréenne
  • Conflit maritime inter-coréen
  • Forces armées de la république de Corée
  • Relations entre la Corée du Sud et les États-Unis

Liens externes


  • Une banque de données sur la Corée du Sud et une bibliographie commentée
  • Focus Culture Corée : Quelle place occupent les religions dans la Corée du sud contemporaine
  • La difficulté de la transcription coréenne, sur Focus Culture Corée

*
 
commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires

vu pour la dernière fois
Most vists