Today: Thursday 5 August 2021 , 6:30 pm


advertisment
search




Emmanuel Ratier

Dernière mise à jour 10 Jour , 8 heure 18 Vues

Advertisement
In this page talks about ( Emmanuel Ratier ) It was sent to us on 26/07/2021 and was presented on 26/07/2021 and the last update on this page on 26/07/2021

Votre commentaire


Entrez le code
 
Emmanuel Ratier (prononcé ), né le à Avignon et mort le à Orgnac-l'Aven, est un éditeur, essayiste et journaliste français.
Classé à l'extrême droite, il fait ses débuts dans la presse écrite en 1981 avant de focaliser ses essais sur les milieux dirigeants ou influents, s'inscrivant dans la continuité des textes d'Henry Coston. Il publie la lettre confidentielle Faits et Documents ainsi que des ouvrages qualifiés de conspirationnistes par plusieurs analystes et chercheurs.

Biographie

Études et premiers engagements


Fils d'un architecte, Jacques Ratier, et d'une ingénieur chimiste, Josette Aimé, il reçoit les prénoms d'Emmanuel, Jean, Michel ..
Étudiant à l'université de RouenBiographie pastiche Portrait Emmanuel Ratier, REFLEXes, printemps 2002., il commence par diriger le Front de la jeunesse (FJ) de Normandie, l'organisation de jeunesse des Comités faire front (succédant à Ordre nouveau), auquel il adhère en 1973, avant de rejoindre le Parti des forces nouvelles (France)Parti des forces nouvelles (PFN) lors de sa création à la fin de 1974 .
Il anime aussi, à partir de 1976, son organe de presse régional, Balder, de tendance nationaliste révolutionnaireAbel Mestre & Caroline Monnot, « Philippe Cohen, biographe de Le Pen, promeut son livre en eaux troubles », blog « Droites extrêmes » de journalistes au Monde, 10 janvier 2013.
Titulaire d'une licence en histoire obtenue à l'université de Rouen, il fréquente ensuite le Centre de formation des journalistes de Paris, dont il sort diplômé en 1979Fiche sur le site de l'annuaire des anciens élèves du CFJ.. Il intègre ensuite l'Institut d'études politiques de Paris (section Politique, économie et société) . de 1980 à 1982. Il y est militant à l'Union des étudiants de droite, qu'il dote d'un organe, Réplique. Membre du GUD, il côtoie notamment Yves Bovero.
Toujours à Science-po, il fréquente d’autres personnalités comme Patrice Henry Duchene, titulaire d’un DESS «Études de marché et d’opinion», ancien associé du journal mégretiste Le Français et ancien membre du CSA, Antoine Gabizon, également membre du GUD, Frédéric Sauvegrain, cadre du FN ou encore Jean-Bernard Bobin, haut fonctionnaire du ministère de l'intérieur. Ces personnes autour d'Emmanuel Ratier se feront remarquer a lors de la violente bagarre qui oppose en janvier 1982 des militants de l’UED et du GUD à des militants de gauche.
Aux élections législatives de 1981, il est le suppléant du candidat UDF André Danet dans la Seine-Maritime. Il est présenté dans Paris Normandie comme un .
Emmanuel Ratier, qui dit s'être en lisant Éléments, a par ailleurs appartenu au Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE) .

Journalisme

Il travaille ensuite pour différents journaux. Après quelques papiers dans Le Figaro Magazine, il entre en 1983 à Valeurs actuelles, puis passe à Magazine hebdo. Entretemps, il s'infiltre à l'Anti-Defamation League, mais, repéré, il se fait rapidement licencier.
Entré à MinuteMarion Georges, « Le directeur de Minute contesté par l'actionnaire majoritaire du journal », Le Monde, . en 1984, il devient le rédacteur en chef chargé des grandes enquêtes. Représentant syndical FO , il soutient le rachat du titre par Yves Montenay, et est licencié par Patrick Buisson après un conflit interne entre Buisson et Montenay . Il collabore ensuite au Spectacle du Monde, à National Hebdo et au Crapouillot.
Il dirige ensuite Magazine hebdo, où il écrit avec Jean-Claude Valla et sous le pseudonyme de Gabriel Lindon, de 1989 à 1996. Il participe également, autour d'Alain de Benoist et Pascal Eysseric, à la rénovation d Éléments, auquel il ne donne cependant qu'un seul article.

Travaux de documentation politique

Après la mort soudaine en 1990 de Yann Moncomble, il prend sa succession à la tête de la maison d'édition Faits et Documents, puis fonde en 1996, avec l'aide de François Brigneau, sa propre revue, un bimensuel de douze pages intitulé Faits et Documents et sous-titré Lettre d'informations confidentielles d'Emmanuel Ratier. Celle-ci devient, selon Dominique Albertini, journaliste à Libération, . Les auteurs du livre-enquête Les Frères invisibles, Ghislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre, estiment que {{citationsa lettre confidentielle ... fourmille d'informations sur la vie et les petits secrets des obédiences, mais aussi des organisations juivesGhislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre, Les Frères invisibles, Pocket, 2002, 82.
La revue est également citée 81 au sujet de l'appartenance de personnalités du Front national à la GLNF.. Dominique Albertini souligne que la revue, qui accordait une attention particulière aux organisations juives et franc-maçonnes, tout en se caractérisant , .
Il fonde également un réseau lui permettant de réunir des informations, le cercle du Dernier lundi, qui se réunit, comme son nom l'indique, le dernier lundi de chaque mois. Devenu un journaliste réputé dans les milieux d'extrême droite, il privilégie la discrétion à titre personnel et s'emploie, de son vivant, à éviter d'être photographié en public, allant jusqu'à exiger d'être filmé de dos ou dans le noir lors de ses quelques entretiens accordés à des webtélés. Ce n'est qu'après sa mort que des photos de lui sont diffusées dans la presse.
Son Encyclopédie politique française (1992) se place dans la filiation du Dictionnaire de la politique française d'Henry Coston. Ce dernier a déclaré que la méthode de travail d'Emmanuel Ratier était proche de la sienne, et qu'il pouvait être considéré comme son « héritier moralInterrogé par la revue identitaire Jeune Résistance (« Entretien avec Henry Coston », Jeune Résistance, 23, ) pour savoir si, « parmi les journalistes nationaux contemporains », il en considérait un « comme particulièrement proche de sa démarche passée et, d'une certaine manière, comme son héritier », il déclare : « Ce serait Emmanuel Ratier dans ce cas-là. Il peut être considéré comme mon héritier moral. Nous n’avons pas travaillé ensemble, mais il a repris ma formule qui consiste à publier des petites nouvelles. Il fait d’ailleurs une lettre qui est remarquablement réalisée. » http://www.faits-et-documents.com/archives/116.pdf Faits & Documents. Lettre d'informations confidentielles d'Emmanuel Ratier, 116, 1 - , . ». Lui-même qualifie Henry Coston de ; ce dernier a par ailleurs été son témoin de mariage . Dans National Hebdo, François Brigneau salue son Encyclopédie politique française comme l'indispensable complément du Dictionnaire de Coston . La sociologue Nicole Lapierre, auteur en 1995 de Changer de nom, remarque que l'ouvrage , comme le faisait Coston avec les personnalités juives. Arnaud Soyez précise qu'Emmanuel Ratier avait toutefois refusé, après l'avoir envisagé, d'acquérir les droits du Dictionnaire de Coston.
Il est également l'auteur de Mystères et secrets du B’naï B’rith (1993), consacré au B'nai B'rith. Guillaume Dasquié et Jean Guisnel indiquent que ce livre est et le considèrent comme une , dont l'arrivée . En 1995, il publie Les Guerriers d'Israël : enquête sur les milices sionistes, autre ouvrage consacré aux lobbys. En 1996, il publie le seul ouvrage consacré au club Le Siècle : Au cœur du pouvoir, enquête sur le club le plus puissant de France : Le Siècle (1996, suivi de deux éditions mises à jour jusqu'en 2015). D'après Michel Eltchaninoff, ce livre vise à .
En 2014, il publie une biographie de Manuel Valls intitulée Le Vrai Visage de Manuel Valls. Celle-ci pointe pendant plusieurs semaines et connaît un succès notoire en particulier à l'extrême droite. Conspiracy Watch estime que ce est , et souligne qu'il . Emmanuel Ratier y affirme notamment que Valls aurait changé d'avis au sujet du conflit israélo-palestinien à cause de sa deuxième épouse, Anne Gravoin, de confession juive, tout en reconnaissant n'avoir . Cette thèse, en vogue au sein de l'extrême droite depuis 2011, est relayée en particulier dans la mouvance constituée par Dieudonné et Alain Soral, ainsi que par l'hebdomadaire Rivarol.

Controverse sur les attentats du 11 septembre 2001


Après les attentats du 11 septembre 2001, Emmanuel Ratier présente une théorie du complot sur le crash du vol 77 American Airlines sur le PentagoneVoir notamment : Faits et Documents 130, Faits & Documents , http://www.faits-et-documents.com/archives/131.pdf. Faits & Documents . D'après Guillaume Dasquié et Jean Guisnel, ses recherches sur le sujet sont concomitantes de celles de Thierry Meyssan pour L'Effroyable Imposture ; les deux journalistes considèrent également que dans son ouvrage. Ils soulignent que les deux hommes ont collaboré à ce sujet avec Stéphane Jah, . Emmanuel Ratier salue lui-même les travaux du Réseau Voltaire, précisant qu'il a pourtant Les Chrétiens de gauche. . Il ne partage cependant pas toutes les conclusions de Thierry Meyssan . {{Articleauteur1=Emmanuel Ratiertitre=Enquêtesous-titre=l'avion du Pentagone (3)périodique=Faits et Documentsnuméro=131date= mai 2002pages=1lire en ligne=https://web.archive.org/web/20050514035614/http://www.faits-et-documents.com/archives/131.pdf.. Emmanuel Ratier accorde par ailleurs une interview exclusive à Thierry Meyssan en 2011, parue sur le site du Réseau Voltaire.

Activité d'éditeur et de libraire

À la fin de 2005, il devient propriétaire de la librairie Facta dans le arrondissement de Paris. Il s'agit de l'une des dernières librairies d'extrême droite à Paris.
Selon Michel Eltchaninoff, cette librairie vend Michel Eltchaninoff, « À la recherche du nouvel ennemi », Philosophie Magazine, 79, mai 2014, 48 ..
La librairie Facta est vandalisée à deux reprises, les et .. L’appartement d’Emmanuel Ratier sera quant à lui cambriolé ..

À la radio

En 2006, il entre à Radio Courtoisie pour y animer la première partie du Libre journal de Claude Giraud. À l'automne 2007, il est l'un des fondateurs du « bulletin de réinformation » de la radio. À partir de , à la suite du licenciement de Martin Peltier, il commence à animer sa propre émission, le Libre journal de la résistance françaiseAinsi nommé en hommage à Serge de Beketch, qui avait pour gimmick, au début de ses émissions, de dire ., un mercredi soir par moisArchives audio d'Emmanuel Ratier sur Radio Courtoisie. Sa première édition a pour thème ; Jean-Paul Chayrigues de Olmetta et les journalistes Camille Galic (Rivarol) et Alain Sanders (Présent (quotidien)Présent) y interviennent notamment.
À sa mort, Martin Peltier le remplace à la tête de son Libre journal ..

Activité de documentaliste et d'archiviste

Emmanuel Ratier a rassemblé et entretenu une documentation sur de nombreuses personnalités, appartenant à l'ensemble du spectre politique. En , des journalistes du Figaro affirment qu'il était une .
Peu avant sa mort, il lance le projet, avec notamment Philippe Asselin, Francis Bergeron, Anne Brassié et Éric Delcroix, d’un , sous l'égide d'une association, Les archives associatives du Vexin.
Après sa mort, sa famille s'engage à poursuivre ce projet. Celui-ci annonce par ailleurs que le nouveau nom de l'association sera « institut Emmanuel-Ratier ». Éric Delcroix en devient le président. L'institut est inauguré en octobre 2017 à Niherne et bénéficie d'un partenariat avec Présent ..

Vie privée

Marié, Emmanuel Ratier a trois filles .
Parmi ses loisirs, il pratique, à titre d'amateur, l'apiculture et le soufflage du verre.
D'après Marc Laudelout, il est aussi un admirateur de l'œuvre de Louis-Ferdinand Céline, à qui il consacre plusieurs longues émissions sur Radio Courtoisie et une promenade littéraire à Montmartre.

Paganisme

Après sa mort, une de ses proches amies, Isabelle Sidos, le qualifie de .

Franc-maçonnerie

Selon Jean-Moïse Braitberg, rédacteur en chef du bimestriel Franc-maçonnerie magazine, Emmanuel Ratier aurait été membre d'une loge maçonnique se rattachant à l'obédience de la Grande Loge nationale française, versée dans l'ésotérisme tendance René Guénon, et qui n'existerait plus . Dans son ouvrage Un État dans l'État. Le contre-pouvoir maçonnique, la journaliste Sophie Coignard dévoile la correspondance de Philippe Guglielmi, alors grand-maître du Grand Orient de France, avec l'un de ses membres ; selon ce premier, Emmanuel Ratier aurait été membre de la loge « La Nef de Saint-Jean » à La Garenne-Colombes, ce qu'il a démenti .

Mort

Le , alors qu'il pratique la spéléologie avec sa famille à l'aven d'Orgnac, dans les gorges de l'Ardèche, il meurt d'une crise cardiaque à l'âge de ..
Sa mort est annoncée sur le compte Twitter du quotidien Présent. De nombreuses figures de l'extrême droite française, dont Jean-Marie Le Pen, saluent sa mémoire . Ces réactions sont plus rares au sein du Front national.
Les obsèques d'Emmanuel Ratier ont lieu le au columbarium du Père-Lachaise. De nombreuses personnalités d'extrême droite, comme Aymeric Chauprade, Frédéric Chatillon, Jean-Marie Le Pen, Henry de Lesquen, Alain Soral et Pierre Vial y assistentBal tragique au Grand Orient : 1 ratier, Réseau d'étude, de formation et de lutte contre l'extrême droite et la xénophobieREFLEXEs, 28 août 2015.

Réception de son œuvre

Accusations de complotisme

Les textes d'Emmanuel Ratier relatifs aux milieux politiques, industriels et financiers ont suscité plusieurs critiques. Ainsi, Pierre-André Taguieff le présente comme Pierre-André Taguieff, Sur la Nouvelle Droite. Jalons d'une analyse critique, Descartes et Cie, 1994., et comme un Pierre-André Taguieff, La Foire aux illuminés. Ésotérisme, théorie du complot et extrémisme, Paris, Mille et une nuits, 2005..
Caroline Fourest et Fiammetta Venner le présentent comme un En revanche, l'historien Nicolas Lebourg voit en lui {{citationquelqu’un de malin, qui fait attention à ne pas avoir de problèmes et effectue un vrai travail journalistique .
L'historien Olivier Dard rapproche les textes de Ratier de ceux d'Augustin Hamon, Francis Delaisi, Henry Coston, Yann Moncomble et Emmanuel Beau de Loménie, {{citationlittérature politique à dimension volontiers polémique, conspirative et à prétention historique{{Chapitre langue=frprénom1=Oliviernom1=Dardlien auteur1= Olivier Dard titre chapitre=Industrie, politique et acteursauteurs ouvrage=Dominique Barjot, Olivier Dard, Jean Garrigues, Didier Musiedlak et Éric Anceau (dir.)titre ouvrage=Industrie et politique en Europe occidentale et aux États-Unis, et s lieu=Pariséditeur=Presses de l'Université Paris-Sorbonnecollection=Collection Roland Mousnier numéro dans collection=26 année= 2006pages totales=477isbn=2-84050-422-7 passage=60..
Jean-Yves Camus, politologue spécialiste de l'extrême droite, estime qu'il
REFLEXes indique .
Pour sa part, l'intéressé écarte la théorie du complot absolue sans pour autant remettre en cause l'existence de groupes cherchant à accumuler le pouvoir : {{citation blocJe ne me considère pas du tout comme complotiste, c'est-à-dire que, d'après les informations dont je dispose …, je n'ai jamais trouvé aucun document récent, ou jamais eu d'entretien avec des personnalités haut placées, qui me permettraient de démontrer qu'il y ait une espèce d'organisation pyramidale, qui serait dirigée par un marionnettiste puissant qui aurait fait du monde un théâtre où il manipulerait les gens à sa guise. Je pense plutôt qu'il y a un système de cercles concentriques, avec des satellites autour, qui regroupent des gens puissants ou qui cherchent à avoir plus de pouvoir. Et bien sûr, et ça peut paraître une évidence, des groupes de pression et des lobbysInterview donnée au Choc du mois n° 4, septembre 2006, 31.

Une figure d'extrême droite

Abel Mestre et Caroline Monnot, journalistes au Monde, le qualifient de Abel Mestre & Caroline Monnot, « L’identité de « Gustavo », l’homme qui dit avoir tué Pierre Goldman, révélée », blog « Droites extrêmes » de journalistes au Monde, 22 mai 2012, Guillaume Dasquié et Jean Guisnel d' en précisant qu'il est . Jean-Paul Gautier, Michel Briganti et André Déchot le présentent comme un et {{citationle principal diffuseur de la théorie du complot au sein de cette famille politique. Son combat est celui de la lutte contre les menées des organisations « mondialistes, maçonniques ou juives ». Il s'inscrit en cela dans la continuité d'Henry Coston . StreetPress le décrit comme Johan Weisz, « http://www.streetpress.com/sujet/132084-le-pire-de-la-presse-d-extreme-droite-en-avril Le pire de la presse d'extrême droite en avril », StreetPress, 2 mai 2014. L'Express le dit proche des milieux nationalistes ..
Durant ses dernières années, il se rapproche d'Alain Soral, dont Le Point note qu'il est son ami, en participant notamment à alimenter le site de son association, Égalité et Réconciliation. Il aurait désigné cette dernière comme son héritière, demandant notamment aux soraliens de l’aider à archiver ses documents à partir de .. Contribuant également à la ligne éditoriale des éditions Kontre Kulture, il est à l'instigation de la réédition des Modérés d'Abel Bonnard.

Ouvrages

  • * ..
  • ..
  • ..
  • ..
  • .
  • ..
  • ..
  • ..
  • ..
  • ..
  • ..
  • ..
  • ..
  • ..
  • ..
  • Encyclopédie des changements de noms, t. III : janvier 1998-décembre 2012, Paris, Faits & Documents, 2014.

Notes et références

Notes


Références


Annexes


Bibliographie

  • {{Articleprénom1=Oliviernom1=Dardlien auteur1= Olivier Dardtitre= Mythologies conspirationnistes et figures du discours antipatronalpériodique= Vingtième Siècle : Revue d'histoirelieu= Pariséditeur= Presses de Sciences Po (PFNSP)numéro= 114titre numéro= Patrons et patronat en France au mois= avril-juinannée= 2012pages= 136-151lire en ligne= http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2012-2-page-136.htm.
  • Liens externes

    • archives des émissions animées par Emmanuel Ratier sur Radio courtoisie.

    Catégorie:Journaliste français du XXe siècle
    Catégorie:Journaliste français du XXIe siècle
    Catégorie:Essayiste français du XXe siècle
    Catégorie:Essayiste français du XXIe siècle
    Catégorie:Éditeur français
    Catégorie:Naissance en septembre 1957
    Catégorie:Élève du Centre de formation des journalistes
    Catégorie:Élève de l'Institut d'études politiques de Paris
    Catégorie:Syndicaliste étudiant français
    Catégorie:Anti-maçonnerie
    Catégorie:Personnalité masculine française de la radio
    Catégorie:Animateur sur Radio Courtoisie
    Catégorie:Auteur sur la franc-maçonnerie
    Catégorie:Antisioniste
    Catégorie:Nouvelle Droite
    Catégorie:Personnalité de l'Union pour la démocratie française
    Catégorie:Personnalité du Parti des forces nouvelles
    Catégorie:Théorie du complot sur les attentats du 11 septembre 2001
    Catégorie:Étudiant de l'université de Rouen
    Catégorie:Naissance à Avignon
    Catégorie:Collaborateur de Minute
    Catégorie:Syndicaliste de Force ouvrière
    Catégorie:Décès en août 2015
    Catégorie:Décès à 57 ans
    Catégorie:Mort d'une crise cardiaque
    Catégorie:Décès dans l'Ardèche
    Catégorie:Personnalité incinérée
     
    commentaires

    Il n'y a pas encore de commentaires

    vu pour la dernière fois
    Most vists