Today: Sunday 13 June 2021 , 6:28 pm


advertisment
search


Davide Rebellin

Dernière mise à jour 25 Jour , 13 heure 5 Vues

Advertisement
In this page talks about ( Davide Rebellin ) It was sent to us on 19/05/2021 and was presented on 19/05/2021 and the last update on this page on 19/05/2021

Votre commentaire


Entrez le code
 
Davide Rebellin, né le à San Bonifacio, est un coureur cycliste italien réputé pour ses talents de coureur de classiques, avec trois victoires sur la Flèche wallonne et un triplé sur les ardennaises de 2004. Il est également très convaincant dans des courses par étapes d'une semaine telles que le Paris-Nice qu'il a remporté en 2008 et Tirreno-Adriatico qu'il gagne en 2001. Il est également le recordman de participations au Tour de Lombardie puisqu'il s'y est aligné à 16 reprises. Enfin, il se distingue par la longévité de sa carrière puisqu'il entame, à près de cinquante ans, sa 29ème saison proffessionelle. Il est suspendu après avoir été contrôlé positif à l'EPO CERA lors des JO de Pékin. Il est néanmoins blanchi le 30 avril 2015 par le tribunal de Padoue, en raison de vices de procédure. Il est membre de l'équipe Cambodia Cycling Academy.

Biographie

1988 - 1992: Années amateur

Rebellin se fait remarquer dés sa première année chez les juniors en terminant 13ème du championnat du monde de sa catégorie, puis 3ème du Grand Prix Ruebliland.
Il confirme ces bons résultats en 1989 en remportant au mois de mai les Trois jours d'Axel. Il obtient cette même année d'autres résultat significatifs au mois de septembre, en finissant 3ème du Trofeo Buffoni, puis second du Giro della Lunigiana.
Après une année 1990 sans lever les bras, il renoue avec la victoire l'année suivante en remportant le Tour des régions italiennes, courses à étapes réservée aux amateurs de moins de 23 ans. Il s'impose une nouvelle fois, sur les Jeux Méditerranéens. En août, il termine deuxième des Championnats du monde amateur.
En mai 1992, il remporte sa dernière couse chez les amateurs, à l'occasion du Trofeo Alcide Degaspari.

1992-1996: Passage chez les professionnels

Rebellin passe professionnel en août 1992 sous le maillot de GB-MG Boys Maglificio. Pour sa première course, il obtient une 8ème place sur le Grand Prix Camaiore. Il est ensuite sélectionné pour la course en ligne des Jeux Olympiques de Barcelone. Il y terminera 20ème, à 35 seconde de son compatriote Fabio Casartelli. Durant les mois d’août et de septembre, il collectionne les places d'honneur: du Tour de Vénétie, du Critérium des Abruzzes, et du Tour de Romagne. Il prend part à son premier monument pour conclure sa saison, le Tour de Lombardie, qu'il achève à la place.
La saison suivante, il démontre des aptitudes sur les courses à étapes d'une semaine avec une place sur Tirreno-Adriatico,et une place sur le Tour de Suisse. En revanche, il est très discret sur les classiques où sa meilleure performance est sur la Flèche wallonne.
En 1994, le début de saison est moyen : après avoir glané la place du Tour de l'Etna, il termine de Tirreno-Adriatico, de Liège-Bastogne-Liège et de la Flèche wallonne. La suite est plus convaincante avec une place sur l'Amstel Gold Race et une place sur le Tour de Romandie. Il dispute ensuite son premier Tour d'Italie où il accroche deux places sur les deuxième et troisième étapes. Il se classe finalement . Il glane ensuite un podium sur la Bicyclette basque. Sa fin de saison est sans résultat notable et s'achève avec une modeste place sur le Tour de Lombardie.
La saison 1995 démarre fort puisqu'il finit du général du Tour méditerranéen. Il enchaîne en mars avec des places sur Tirreno-Adriatico et sur Milan-San Remo. Il remporte ensuite la première étape du Tour du Trentin, termine de la Flèche wallonne, du Tour des Apennins et du Tour de Romandie. Il continue avec le Giro qu'il termine , puis enchaîne dès le lendemain avec le Tour de Suisse qu'il termine . La fin de saison est plus décevante car il n'accroche aucune place d'honneur.
Il signe chez Polti pour la saison 1996. Les premières courses se soldent par des places d'honneur: 5ème du Tour de Calabre, puis 3ème du Trophée Pantalica. Après quelques résultats décevants, notamment sur Paris Nice et Milan San Remo, il joue placé sur les ardennaises : sur la Flèche wallonne et sur Liège. Il est une nouvelle fois en Romandie et prend le départ du Giro. Il y réalise sa meilleure performance sur un grand tour : il remporte la étape au sprint devant le futur vainqueur Pavel Tonkov et endosse le maillot rose qu'il gardera 6 jours. Il se classe finalement , à plus de 9 minutes du Russe. Il connait ensuite une période sans résultat jusqu'en août et la Wincanton Classic qu'il termine . Il réalise une nouvelle bonne performance sur un grand tour en se classant de la Vuelta, à plus de 13 minutes d'Alex Zülle. Sa fin de saison est marquée par d'autres « placettes » : des championnats du monde, du Tour de Lombardie, puis de la Japan Cup.

1997 : Premières victoires sur des classiques


Il signe chez la Française des jeux en 1997. Malheureusement, sa campagne des classiques ardennaises est un échec. Le mois de mai est plus fructueux : il finit du Grand Prix de Francfort, puis remporte le Trophée des grimpeurs. Enfin, il se classe du Tour de Romandie. Il effectue des courses de préparation comme le Dauphiné et la Route du Sud, puis prend ensuite le départ de son premier Tour de France. Mais outre une place sur la troisième étape, ce dernier se solde par un échec et une modeste place. Il rebondit en août en terminant 3ème du Wartenberg Rundfahrt, du Grand Prix de la ville de Camaiore, mais surtout en remportant la Classique de Saint-Sébastien et le Grand Prix de Zurich . Sa fin de saison est plus discrète ( de Paris-Tours et des championnats du monde) et se conclut par le Tour de Lombardie qu'il termine au rang.

1998-1999 : Echecs sur les grands tours

Il s'engage à nouveau chez Polti en 1998. Son début de saison n'est pas très productif hormis sa place sur Milan-San Remo et sa position sur le Grand Prix Miguel Indurain. Afin de préparer le Tour d'Italie, il s'aligne sur le Tour de Romandie qu'il termine à la place. Il prend ensuite le départ du Giro, mais ce dernier est un échec car, malgré quelques bonnes places sur les étapes (6 top 10), il ne fini qu'au rang du classement général. Il enchaine avec le Tour de Suisse dont il remporte la et dont il se classe . Il conclut ce mois de juin en accrochant le podium du Tour des Appenins. Il gagne de nouveau en août, sur la du Tour de Wallonie. Il s'aligne ensuite sur la Classique de Saint-Sébastien dont il est tenant du titre, mais ne termine que . La suite de sa campagne de classiques et semi-classiques est plus fructueuse : victoire sur les Trois vallées varésines, du Grand Prix de Zurich, victoire sur le Tour de Vénétie, du Grand Prix de l'industrie et du commerce de Prato, puis de la Coppa Sabatini. Enfin, il se classe du Tour d'Émilie. Cependant il termine simplement des championnats du monde, à près de 15 minutes du vainqueur. Sa saison s'achève par une place sur Milan-Turin, et une place sur le Tour de Lombardie.
Sa saison 1999 commence par une victoire sur la première étape et le classement général du Tour méditerranéen. Les bons résultats s’enchaînent : il est du Trofeo Laigueglia, remporte le Tour du Haut-Var, et finit du Trophée Pantalica. Il s'aligne ensuite sur Tirreno-Adriatico dont il prend la place, à simplement 9 secondes de Michele Bartoli. Lors Milan-San Remo, il arrive au sprint pour la gagne, mais ne termine qu'au rang. Il s'impose ensuite sur la du Critérium international, puis prend la direction de l'Espagne où il termine du Grand Prix Miguel Indurain, et de la Klasika Primavera. Malgré ce bon début de saison, ses résultats sur les ardennaises ne sont pas à la hauteur des attentes : de la Flèche wallonne, de Liège-Bastogne-Liège, et de l'Amstel Gold Race. Il s'aligne ensuite sur le Tour d'Italie dont, une nouvelle fois, il ne joue pas les premiers rôles avec une place finale. Après une coupure, il revient en août et enchaîne à nouveau les bonnes performances en vue de disputer le Tour d'Espagne. Il termine d'abord des Trois vallées varésines, de la Coppa Agostoni, et du Grand Prix de Zurich. Il remporte ensuite trois victoires consécutives en Italie : sur la dernière édition du Mémorial Gastone Nencini tout d'abord, sur le Tour de Vénétie ensuite, et enfin sur le Tour du Frioul. Il conclut ce mois d’août avec une place sur le classement général du premier Tour de la province de Lucques, remporté par Paolo Bettini. Son Tour d'Espagne démarre plutôt bien car il est classé dans le top 10 du général à mi-course. Mais il perd beaucoup de temps par la suite et fini par abandonner. Sa saison prend fin aux championnats du monde en Italie, où il est là aussi contraint à l'abandon.

2000-2001 : Nouvelles places d'honneurs sur les classiques

En 2000, il signe en faveur de l'équipe Liquigas. Le début de sa première saison est marqué par de bonnes places sur des courses mineures : du Tour méditerranéen, du Tour du Haut-Var, du Trophée Pantalica, et du Grand Prix de Chiasso. Il s'aligne ensuite sur des courses plus renommées, mais avec des résultats mitigés: sur Tirreno-Adriatico, puis de Milan-San Remo. Il se ressaisit sur le Tour du Pays basque dont il se classe . Sur les ardennaises, il joue placé avec une place sur la Flèche wallonne, une place sur Liège-Bastogne-Liège, et sur l'Amstel Gold Race. Sur le Giro, il passe une nouvelle fois à côté et termine sans jamais peser sur la course. C'est d'ailleurs le dernier grand tour qu'il terminera de sa carrière, les délaissant complètement par la suite. Après une période sans courir, il revient sur le Grand prix de Plouay où il se classe , puis se classe du Tour du Danemark. Il prend ensuite la direction du Pays basque où il finit troisième de la Subida a Urkiola, puis de la Classique de Saint-Sébastien. Il effectue une nouvelles fois une campagne de semi-classiques avec quelques bon résultats : des Trois vallées varésines, du Grand Prix de Zurich, du Tour de Vénétie, de la Coppa Placci, du Grand Prix de l'industrie et du commerce de Prato, et du Tour d'Émilie. Il continue avec les championnats du monde où il finit au sein du peloton, à la place, et où son leader Michele Bartoli finit . Il termine son année avec une bonne place sur le Tour de Lombardie.
En 2001, son programme de début de saison est le même que les deux années précédentes : le Tour méditerranéen qu'il remporte pour la deuxième fois de sa carrière, le Trofeo Laigueglia et le Tour du Haut-Var dont il prend la place, et le Grand Prix de Chiasso où il s'impose également. Il s'aligne ensuite sur Tirreno-Adriatico dont il remporte la étape, ainsi que le classement général, pour la première et seule fois de sa carrière, devant Gabriele Colombo, classé dans la même seconde que lui. Il continue sur sa lancée en remportant deux étapes du Tour du Pays basque. Il est à nouveau bien classé sur les ardennaises, mais n'arrive toujours pas à gagner, notamment sur Liège-Bastogne-Liège où il est battu de peu au sprint par Oscar Camenzind. Avant de disputer le Tour d'Italie, il se classe second du Grand Prix de Francfort, puis remporte le Grand Prix de l'industrie et de l'artisanat de Larciano. Sur le Giro, il se classe second de la , mais abandonne lors de la .
Il remporte dans la foulée le Mémorial Fausto Coppi. Au Brixia Tour, il remporte la devant le futur lauréat de l'épreuve, Cadel Evans. Il termine ensuite second de la Luk Challenge, et accroche le podium de la Classique de Saint-Sébastien. S'ensuit une période sans résultats significatifs, mais Rebellin se relance sur les semi-classiques italiennes en terminant du Tour de Vénétie, vainqueur du Tour de Romagne, du Tour de Lazio, du Grand Prix de l'industrie et du commerce de Prato, et du Tour d'Émilie. Les championnats du monde n'étant pas assez vallonnés pour lui, il termine au sein du peloton, à la place. Sa dernière course fut le Tour de Lombardie, qu'il finit seulement . Malgré cet échec, sa saison est une réussite puisqu'il comptabilise, cette année-là, 11 victoires, soit le meilleur total de sa carrière.

2002-2003 : Signature dans une équipe allemande


En 2002, il signe au sein de l'équipe Gerolsteiner. Sa première partie de saison est un échec : malgré de correctes et places sur le Tour du Haut-Var, puis sur le Grand Prix de Lugano, il finit loin sur Tirreno-Adriatico, Milan-San Remo, et le Tour du Pays basque. Sa campagne de classiques ardennaises est également mitigée : sur la Flèche Wallonne, à Liège et abandon sur l'Amstel. La suite n'est pas plus glorieuse avec un abandon sur le Giro et une place sur le Tour de Suisse.
Sa deuxième partie de saison est beaucoup plus satisfaisante. Cette campagne débute par une place sur la EuroEyes Cyclassics, puis par une victoire sur le Grand Prix de la ville de Camaiore. Arrivent ensuite la Classique de Saint Sébastien et le Grand prix de Zurich qu'il termine 15 et . Sur les semi-classiques italiennes qui suivent, il débute par une place sur les Trois Vallées Varésines, puis enchaîne par cinq podiums consécutifs mais sans jamais gagner. Ainsi il termine des Tour de Vénétie, Trophée Mélinda et Coppa Placci, et des Tour du Frioul et Giro del Lazio. Il remporte ensuite le Luk Challenge. Enfin sur Tour de Lombardie, il passe près de la victoire, battu seulement au sprint par Michele Bartoli.
La saison 2003 commence sur les mêmes bases que la fin de saison précédente avec une place sur le Tour d'Andalousie, à simplement 8 secondes du vainqueur. Après avoir terminé notamment du Tour du Haut-Var, il s'aligne sur Paris-Nice dont il gagne la étape et termine du général. La suite est mitigée : de Milan-San Remo, du Grand Prix Miguel Indurain et du Tour du Pays basque. Sur les classiques, il termine de l'Amstel Gold Race, mais seulement de Liège-Bastogne-Liège. Il se ressaisit en s'imposant sur le Grand Prix de Francfort. Il prend ensuite le départ du Tour de France sur lequel il ne pèse pas et abandonne.
Reprend ensuite la saison des classiques qu'il affectionne, qu'il débute par une place, derrière Paolo Bettini, sur la EuroEyes Cyclassics. Après avoir fini de la Classique de Saint-Sébastien et du Grand Prix de Zurich, il enchaîne de nombreuses courses dont il obtient quelques résultats notables : du trophée Melinda et de la Coppa Placci, du Grand Prix de l'industrie et du commerce de Prato, du Tour d'Émilie, et de la Luk Challenge et de Milan-Turin.

2004 : Triplé historique sur les ardennaises

Sa saison commence bien avec une place sur le tour du Haut-Var. Mais c'est sur Paris-Nice qu'il se fait le plus remarquer en terminant du classement général pour la seconde année consécutive, mais en remportant cette fois ci le maillot vert du classement par points. La suite est un peu plus décevante avec notamment une place sur Milan-San Remo.
C'est à 33 ans que Rebellin réalise une semaine incroyable sur les classiques ardennaises. Elle débute par une victoire sur l'Amstel Gold Race, le débarrassant de l'étiquette "condamné aux places d'honneur". En effet, entre ses victoires au Grand Prix de Zurich en 1997 et à l'Amstel Gold Race 2004, Rebellin a accumulé une kyrielle de places d'honneur en prenant 31 fois place dans les vingt premiers d'une classique majeure, sans parvenir à monter sur la plus haute marche du podium. Cependant, il ne s’arrête pas là et remporte 3 jours plus tard la Flèche Wallonne. Enfin, il s'impose sur la doyenne des classiques, Liège-Bastogne-Liège, réalisant pour la première fois une triplé historique, que seul Philippe Gilbert parviendra à rééditer en 2011.
Il ne brille cependant pas sur le Tour d'Italie qu'il abandonne lors de la étape. Il revient à la compétition à la fin du mois de juillet au Tour de Saxe dont il remporte les et étapes, mais dont il termine seulement . La suite de sa saison est classique : après il s’être classé de la EuroEyes Cyclassics, il joue la gagne sur la Classique Saint-Sébastien dont il termine du sprint. Il enchaîne avec des places sur les Trois Vallées Varésines et le Grand Prix de Zurich. Il remporte ensuite une nouvelle victoire dans sa saison 2004, sur le Trophée Mélinda cette fois ci. Ses derniers résultats notables sont une place sur la Coppa Placci, une place sur Paris-Bourges, et une place sur Paris-Tour.
Malgré ses victoires dans ces classiques prestigieuses, il ne remporte pas la coupe du monde 2004, s'inclinant devant Paolo Bettini. Il termine l'année sixième du classement UCI.

2005-2008 : Fin de l'aventure Gerolsteiner


Le début de sa saison 2005 s'effectue en France, mais est mitigé: du Tour Méditerranéen, du Tour du Haut-Var et de Paris-Nice. Après un énième Milan-San Remo raté, il prend la direction du Tour du Pays basque où il réalise d'excellentes performances en finissant du classement général (le meilleur résultat de sa carrière sur cette course en 9 participations), à seulement 3 secondes de Danilo Di Luca, mais 8 secondes devant Alberto Contador. Sur les classiques d'avril, il ne parvient pas à rééditer le tour de force de l'année précédente, mais termine tout de même de l'Amstel, de la Flèche et de Liège-Bastogne-Liège. Il prend ensuite part à des courses d'une semaine (Tour de Romandie, Catalogne, et Dauphiné), mais il n'obtient pas de résultats convaincants.
Il revient à la compétition en août où il enchaîne de bonnes places sur les courses d'un jour, mais des résultats médiocres sur les courses d'une semaine. Ainsi, il termine de la EuroEyes Cyclassics puis abandonne au Tour du Benelux, finit de la Classique de Saint-Sébastien puis du Tour d'Allemagne, accroche le podium sur le Grand Prix de Plouay et abandonne au Tour de Pologne. Sa saison se termine plutôt bien avec une place sur le Tour d'Émilie, et une place sur le Tour de Lombardie. De plus, grâce aux nombreuses places d'honneur dans les courses d'un jour, il termine troisième du classement UCI ProTour.
En 2006, Rebellin débute par le Tour de l'Algarve qu'il dispute pour la fois, et dont il prend la place du général. Il prend ensuite la direction de la Suisse, où il se classe du Grand Prix de Chiasso, puis du Grand Prix de Lugano. Il termine ensuite simplement sur Tirreno, puis de Milan-San Remo. Sur le Tour du Pays basque, il réalise de bonne performances et est sur le podium provisoire à la veille de l'arrivée. Mais un mauvais chrono le rétrograde à la place finale. Sa campagne de classiques ardennaises est également difficile avec simplement une place glanée sur l'Amstel Gold Race. Sur le Giro, les résultats sont encore médiocre, et il abandonne à la étape.
Il dispute ensuite quelques courses d'un jour, mais où il connait surtout des échecs, comme sur la Classique de Saint Sébastien dont il prend la place. Après cela, il prend le départ de la Vuelta où il perd rapidement du temps au général. Cependant, il s'échappe lors de la étape en compagnie d'un groupe d'un vingtaine de coureurs. Mais dans l'Alto du Mirador pourtant à sa portée ( à 3,8 % de moyenne), il est battu par Sergio Paulinho et termine . Il abandonnera 4 jours plus tard. Malgré cette saison mitigée, son année se termine plutôt bien. En effet, après une place sur le dernier Grand Prix de Zurich réservé aux professionnels, il s'impose sur le Tour d'Émilie en battant Danilo Di Luca au sprint. Enfin il termine du Tour de Lombardie, 45 secondes derrière Bettini.
En 2007, il débute par une place sur le Tour de l'Algarve. Il enchaîne par une place au Grand Prix de Chiasso, et une place au Grand Prix de Lugano. Sur Paris-Nice, il prend le maillot de leader lors de la 4ème étape s'achevant à Mende, dans la montée Laurent Jalabert. Mais il ne peut suivre l'attaque d'Alberto Contador dans le col d'Eze, lors de l'ultime étape. Il perd donc le maillot jaune au profit de ce dernier et termine second du général . Après un nouveau Milan-San Remo sans briller, il se classe du Tour du Pays basque. Sur les classiques il répond de nouveau présent en terminant de l'Amstel Gold Race derrière son équipier Stefan Schumacher, puis en remportant la Flèche devant Alejandro Valverde et Danilo Di Luca. Mais ce dernier prend sa revanche en remportant Liège-Bastogne-Liège où Rebellin termine et endosse le maillot de leader du Pro Tour. Cependant, il le perdra à la suite d'un Giro médiocre qu'il abandonnera, et il sera récupéré par son vainqueur, Di Luca.
Il dispute ensuite le championnat d'Italie où il se classe . Il s'aligne ensuite sur le Brixia Tour ou il remporte la étape et le général. Comme chaque année, il dispute la Classique de Saint-Sébastien qu'il fini . En Allemagne, il termine du Tour national et de la Vattenfall Cyclassics. Après un abandon sur la Vuelta, il réalise de bon championnats du monde en terminant à 6 secondes de son coéquipier victorieux, Paolo Bettini.
Fichier:Davide Rebellin, Paris-Nice 2008.jpgthumb200pxDavide Rebellin avec le maillot jaune devant le peloton lors de la montée du Col d'Èze en 2008.
En 2008 après avoir gagné le Tour du Haut-Var et fini du Grand Prix de Lugano derrière Rinaldo Nocentini, il s'adjuge enfin Paris-Nice, après avoir échoué à 3 reprises sur le podium. Sur Milan-San Remo, il tente sa chance dans la Cipressa, avant dernière difficulté de la journée, notamment en compagnie de Paolo Bettini. Ils seront par la suite repris mais il parvient tout de même à accrocher une place . Il n'avait plus fini dans le top 10 de la Primavera depuis 1995. Après une place au Pays basque, il réalise de bonnes ardennaises, en terminant de l'Amstel, de la Flèche Wallonne, et de Liège-Bastogne-Liège, battu au sprint par Alejandro Valverde. Sur le son Tour national, il abandonne encore au terme de la étape.
Il termine ensuite du championnat d'Italie, puis prend part successivement au Tour d'Autriche et au Brixia Tour dont il se classe respectivement 6 et . Sur la Classique de Saint-Sébastien, il arrive pour la gagne au sein d'un groupe de 10 coureur. Cependant il est remporté par Valverde et Rebellin termine . Dans la foulée, il prend le départ des Jeux olympiques de Pékin où il arrive à nouveau pour la victoire mais ne peux faire mieux que remporter l'argent, laissant l'or à Samuel Sanchez. Il s'aligne ensuite sur la Vuelta où il joue la gagne sur les étapes. Mais il échoue à trois reprise à la place, et il abandonne après la étape. Il dispute ensuite les championnats du monde qui ont lieu en Italie, et où son pays va réaliser une performance incroyable. En effet il termine d'une course remportée par un autre italien, Alessandro Ballan, qui bat au sprint un autre coureur italien, Damiano Cunego. Son année se termine par une place sur le Tour d'Émilie, où il est devancé par Danilo Di Luca.
Cependant, la Gerolsteiner est dissoute à l'issue de la saison et Rebellin doit chercher une nouvelle équipe.

2009-2010 : Changement d'équipe puis suspension


Pour la saison 2009, Rebellin décide de rejoindre les rangs de la Serramenti Diquigiovanni. Il débute cette année sur la Ronde d'Aix en Provence qu'il termine derrière Sylvain Chavanel. Il prend ensuite le départ du Tour d'Andalousie qu'il fini à la place, après avoir remporté 2 étapes et le classement par point. Il dispute d'autres courses en février, comme le Grand Prix de Lugano où il se classe . Il enchaîne les bons résultats avec une place sur Tirreno Adriatico. Sur Milan-San Remo, il va tenter de distancer ses adversaires en attaquant dans le Poggio, dernière difficulté de la journée. Il est rejoint par Filippo Pozzato, puis Vincenzo Nibali, mais les trois hommes sont rejoint dans la descente. Il se classe finalement 38ème. Deux semaines plus tard, il réussit à se hisser sur le podium de la Semaine Lombarde. Cependant sa campagne de classique ardennaise débute mal car il termine de l'Amstel Gold Race. Mais quelques jours plus tard il remporte, à presque 38 ans, pour la troisième fois de sa carrière, la Flèche Wallonne en devançant Andy Schleck. Ainsi il fait partie des 4 coureurs ayant le plus de victoires sur cette épreuve (avec notamment Eddy Mercx), mais derrière Alejandro Valverde qui en compte 5. À noter également qu'il remporte sa ardennaise, ce qui en fait un des coureurs les plus titrés, à égalité avec Bernard Hinault par exemple. Il conclut cette campagne par une place sur Liège-Bastogne-Liège, derrière Schleck qui prend sa revanche.
Cependant, le , la presse italienne annonce qu'il est l'un des six athlètes ayant fait l'objet d'un contrôle antidopage positif à l'EPO CERA durant les Jeux olympiques de Pékin Dopage: le cycliste italien Davide Rebellin positif aux Jeux de Pékin , sur le site LePoint.fr le 19 avril 2009. Consulté le 26 septembre 2013. Il perd sa médaille d'argent au profit du Suisse Fabian Cancellara.
Le , l'UCI annonce une suspension de deux ans : jusqu'au 27 avril 2011. Au vu de son âge, on peut penser qu'il ne pourra pas reprendre la compétition professionnelle. Mais il a annoncé son intention de reprendre la compétition à l'issue de cette suspension .Fichier:Rebellin-RDS2011-Stage 3-06.18.11.JPGthumbDavide Rebellin lors de la Route du Sud 2011.

2011 : Retour à la compétition

Le 25 avril 2011, la presse spécialisée annonce son retour dans la formation Andalucía-Caja Granada. Les dirigeants de l'équipe réfutent le transfert le lendemain. Le 3 mai 2011, Rebellin annonce son transfert dans l'équipe Miche-Guerciotti.
Dans la foulée, il reprend la compétition au Tour de la communauté de Madrid où il apparaît déjà en bonne forme puisqu'il fini . Il enchaîne par une place sur le Tour d’Azerbaïdjan, et une place sur le Grand Prix du Canton d'Argovie. À la suite de ces bons résultats, il termine deuxième de la Route du Sud le 19 juin, à 40 secondes de Vasil Kiryienka. De mi-juillet jusqu'à la fin de la saison il court exclusivement sur le sol italien, avec immédiatement de très bons résultats: du Grand Prix Nobili Rubinetterie, du Brixia Tour, du Trofeo Matteotti, et du Grand Prix Camaiore.
C'est le 16 août, à l'âge de 40 ans, qu'il renoue avec la victoire à l'occasion de la renommée Trois vallées varésines, où il devance Domenico Pozzovivo et Thibault Pinot. Après une place sur la Coppa Agostini, il gagne à nouveau, sur le Trophée Melinda cette fois-ci. Il brille même sur des courses d'une semaine en terminant de la Semaine Lombarde, puis de la première édition du Tour de Padanie, remportée par Ivan Basso. Sur les dernières courses de l'année, on peut noter des place sur le Mémorial Marco Pantani puis sur la Coppa Sabatini et une place sur le Tour d'Émilie.

Saison 2012

Il signe un contrat avec l'équipe Meridiana Kamen en mai 2012. Il débute par le Tour de Grèce qu'il termine deuxième derrière Robert Vrecer. Après une quatrième place sur le Trophée Melinda, il termine sur le podium du Tour de Slovaquie dont il remporte la deuxième étape. Il finit ensuite à la quinzième place du championnat d'Italie, à 3 minutes 15 de Franco Pellizotti. Après deux mois de coupure, il finit quatrième du Gran Premio Industria e Commercio Artigianato Carnaghese. Après une nouvelle cinquième place sur le Tour de Padanie et un podium sur le Grand Prix de l'industrie et du commerce de la ville de Prato, il remporte la deuxième étape et le classement général du Tour du Gévaudan, à nouveau devant Vrečer. Sa saison se conclut par une dixième place sur la Coppa Sabatini.

Saison 2013

En 2013, Davide Rebellin s'engage avec la formation polonaise CCC Polsat Polkowice.
Il débute par le Tour méditerranéen où il finit dix-huitième. En février et mars, il est notamment neuvième du Tour d'Andalousie, septième du Tour de Murcie, huitième de la Semaine internationale Coppi et Bartali, et quatrième de la Volta Limburg Classic. Il prend ensuite de très obscures place sur la Flèche brabançonne puis sur le Tour du Trentin. Il remporte ses deux premières victoires de la saison lors du Szlakiem Grodów Piastowskich dont il finit deuxième à 12 secondes de Jan Bárta. Après avoir fini sixième du Tour d'Estonie puis vingtième du Ster ZLM Toer, il dispute les championnats d'Italie où il arrive dans le trio se jouant la gagne. Il termine cependant troisième, battu par Ivan Santaromita. Il participe également à l'épreuve chronométrée qu'il termine onzième.
Sur le Sibiu Cycling Tour, il remporte sa troisième victoire de la saison, et fait un carton plein en gagnant à la fois le classement général, le grand prix de la montagne et le classement par points. Il prend la place du Tour de Pologne. Il enchaîne avec les quatrième et cinquième places de la Coppa Agostini et des Trois Vallées Varésines. Sa fin de saison est marquée par des résultats décevants, avec en point final le rang du Grand Prix Bruno Beghelli.

Saison 2014

Sa saison débute en France par une place sur le Grand Prix d'ouverture la Marseillaise, puis par des et place sur l'Étoile de Bessèges puis le Tour méditerranéen. Il prend ensuite la direction de l'Espagne où il prend de nouvelles places honorables : du Tour d'Andalousie, troisième du Tour de Murcie et dixième de la Clásica de Almería. Il apparaît en bonne forme sur les classiques en terminant septième de la Flèche brabançonne, puis treizième de l'Amstel Gold Race, à 12 secondes de Philippe Gilbert. Il continue en se classant successivement cinquième du Tour de Turquie, puis du CCC Tour-Grody Piastowskie.
Après des Tour de Bavière et de Suisse ratés, il termine deuxième du Sibiu Cycling Tour à 1 minute de Radoslav Rogina, malgré une victoire sur le contre-la-montre par équipe. Il se classe du Tour de Pologne puis monte sur le podium du Tour du Limousin. Il termine la saison par une campagne de semi-classiques où il accroche quelques places d'honneur : sixième du Tour du Doubs, quatrième des Trois vallées varésines et de la Coppa Sabatini, ainsi que huitième de Milan-Turin. Son avant dernière course se solde par un succès sur le Tour d'ÉmilieTour d'Émilie : À 43 ans, Rebellin mate la concurrence sur sport365.fr, glanant ainsi sa seule victoire individuelle de la saison.
Il déclare dans une interview au journal L'Équipe : A 42 ans, Davide Rebellin a toujours la foi sur lequipe.fr.

Saison 2015

Après des premières courses sans résultats, il parvient à se classer huitième du Tour du Haut-Var. Il se classe ensuite cinquième de la semaine internationale Coppi et Bartali, notamment grâce à la victoire de la CCC-Polsat dans le contre la montre par équipe. Sur les classiques, il finit cinquième de la Flèche brabançonne, mais ne peut faire mieux que de l'Amstel Gold Race. Fin avril, il s'adjuge l'étape reine du Tour de Turquie, au sommet d'Elmali en sortant du peloton au début du col, puis distançant Kristijan Đurasek dans les derniers . Il évite les cassures sur les étapes qui suivent, notamment à Pamukkale où il est , mais explose totalement lors de l'arrivée à Selçuk, laissant le maillot de leader à Đurasek. Il est à ce moment encore au général. Il doit cependant abandonner lors de la dernière étape, à la suite d'une chute provoquée par un chien. Durant ce Tour de Turquie, le tribunal de Padoue le blanchit et lui restitue sa médaille d'argent acquise aux Jeux olympiques de Pékin ..
Il enchaîne par une septième place sur le Tour de Norvège, mais ne peut faire mieux que sur le Tour de Suisse, malgré une échappée lors de la étape. Mais dans la foulée, il parvient à finir cinquième de son championnat national, à 1 minute et 17 secondes de Nibali. Sur le Sibiu Cycling Tour dont il est tenant du titre, il termine second, à 12 secondes de Mauro Finetto. Son Tour de Pologne est cette fois ci beaucoup plus convaincant, avec une sixième place sur la très difficile étape arrivant à Zakopane, et une onzième place au général. Après avoir terminé dixième du Tour du Limousin, il dispute la saison des classiques et semi-classiques italiennes. Sur la Coppa Agostoni, il réalise un exploit en s'échappant à de l'arrivée en compagnie de deux coureurs d'Astana : Vincenzo Nibali et Michele Scarponi. Ce dernier étant distancé, il dispute et remporte le sprint face à Nibali en évitant d’extrême justesse le retour du peloton . En fin de saison, il termine trentième du Tour de Lombardie.

Saison 2016

Sa saison débute dans le Golfe Persique par une neuvième place sur le Tour de Dubaï. Après le Tour du Qatar, il se classe treizième d'un Tour d'Oman très relevé. Il enchaîne cependant les deux mois suivant par des prestations décevantes sur des courses qu'il affectionne pourtant, comme Tireno-Adriatico, Milan-San Remo, la Flèche brabançonne, l'Amstel Gold Race. Son Tour de Turquie est également moins réussi car il se fait piéger dés la deuxième étape, et termine simplement au sommet d'Elmali. Sur le Tour of Malopolska, il termine cinquième à une minute et demie de son équipier Mateusz Taciak. Au championnat d'Italie, il termine .
Après une place sur le Sibiu Cycling Tour, il finit cinquième de Rad am Ring. En août, il est au départ du Tour de République tchèque dont il prend la troisième place, à 33 secondes du vainqueur, Diego Ulissi. Il connait un mois de septembre difficile sur les semi-classiques italienne qu'il affectionne pourtant, avec simplement une huitième place sur le Mémorial Marco Pantani. Il s'aligne ensuite sur le Tour de Lombardie pour la 16ème fois de sa carrière, ce qui constitue le record de participation sur cette épreuve . Il y prend une modeste place. Il conclut sa saison par une quatorzième place du Tour d'Abou Dabi.
En fin de saison, la CCC Sprandi Polkowice décide de ne pas renouveler son contrat.

Saison 2017

À 45 ans, Davide Rebellin s'engage pour sa saison professionnelle avec l'équipe Kuwait-Cartucho.es . Il effectue un bon début de saison puisqu'en février, il se classe seizième, à 28 secondes du vainqueur, du Tour du Haut Var, puis treizième à 13 secondes du vainqueur du Tour La Provence . Il parvient également à terminer dans le groupe de tête de la Classique Loire Atlantique, mais termine plus loin sur les Grand Prix Miguel Indurain et le Tour de la Rioja. En avril, il termine sur le podium de la première édition du Tour de Lombok, situé à Singapour . En mai, après deux échecs sur les Tour des Asturies et de la Communauté de Madrid, il parvient à finir à une belle quinzième place du Tour de Castille-et-León . Il s'impose ensuite au Skandis GP en Suède.
Il dispute une cyclo-sportive, la Mercan'Tour Bonette, qu'il remporte .
Au championnat d'Italie, il ne parvient pas à suivre les meilleurs, mais réussit à s'accrocher au sein d'un groupe jouant la sixième place : il se classe finalement dixième à 50 secondes de Fabio Aru, mais 23 secondes devant Vincenzo Nibali qui termine seulement douzième .
Il est ensuite plus discret et termine successivement 17ème du Tour du lac Qinghai puis du Tour du Portugal. La fin de saison est plus fructueuse. Fin août, il s'impose sur le critérium belge de Gravenwesel devant deux coureurs de la Lotto-Soudal: Tosh Van Der Sande et Kris Boeukmans . Fin septembre, il s'adjuge en Indonésie la première étape du Tour de Banyuwangi Ijen avec 1 minute 35 d'avance sur Drew Morey, de 25 ans son cadet. Lors des trois étapes suivantes, il parvient à conserver sa première place malgré les nombreuses attaques de ses concurrents. Il remporte ainsi le classement général et prouve qu'à 46 ans, il peut toujours obtenir des résultats . Il enchaîne avec le Tour d'Iran - Azerbaïdjan dont il remporte la cinquième et avant dernière étape au sprint devant un autre Italien, Nicola Toffali . Il termine septième du classement général, à 46 secondes du vainqueur.

Saison 2018

À l'automne 2017, après avoir offert ses services à son ancienne équipe la CCC Sprandi Polkowice , puis à la nouvelle formation continentale professionnelle Vital Concept{{lien weburl=https://www.ouest-france.fr/sport/cyclisme/cyclisme-46-ans-davide-rebellin-offert-ses-services-vital-concept-5417485titre=Cyclisme. A 46 ans, Davide Rebellin a offert ses services... à Vital-Concept !site=www.ouest-france.frdate= décembre 2017consulté le=3 décembre 2017, Davide Rebellin s'engage avec l'équipe algérienne Natura4Ever-Sovac , avec laquelle il signe un contrat non-professionnel .
Sa saison débute dès janvier, aux Émirats arabes unis, sur le Sharjah Tour. Il perd plus d'une minute lors du contre-la-montre initial, mais parvient à se replacer grâce à sa place sur l'étape reine où il termine dans le même temps que le vainqueur . Il est finalement , à 58 secondes de Javier Moreno . La suite de sa préparation se fait en France sur les Tours de la Provence et du Haut-Var, qu'il termine respectivement aux et places.
Dans le cadre de son nouveau sponsor, il prend part pour la première fois de sa carrière à une course africaine en s'engageant sur le Grand Prix international de la ville d'Alger. Il termine quinzième, à 56 secondes du champion de Grèce Charalampos Kastrantas.
Après un rapide retour en France début mars où il dispute le Grand Prix de Lillers souvenir Bruno Comini (qu'il termine , au sein du peloton), il dispute une nouvelle course à étape africaine: le Tour Cycliste International de la Pharmacie Centrale de Tunisie, qui n'avait plus été organisé depuis 2008. S'il parvient à rester avec les meilleurs lors de la étape, tout va se dérégler par la suite. En effet la étape est tout d'abord raccourcie, puis ses résultats sont annulés en raison de mauvaises conditions climatiques (seulement 7 coureurs ont été classés). Rebellin est quant à lui contraint à l'abandon. Mais la étape étant à son tour annulée suite à une météo exécrable qui persiste, les commissaires décident de reprendre les résultats de la veille pour déterminer le classement général. C'est donc son coéquipier Gaëtan Bille qui l'emporte . Ce qui était prévu comme la et dernière étape est disputée de façon indépendante, avec tous les coureurs au départ. Mais là aussi, Rebellin abandonne.
Il s'aligne ensuite sur le Tour d'Algérie. Toujours placé, jamais gagnant, il termine la semaine au pied du podium, à 2 minutes 13 d'Azzedine Lagab . Il enchaine avec le Circuit des Ardennes où il parvient à terminer toutes les étapes au sein du peloton. Cependant, le profil étant peu sélectif, il termine , à 21 secondes du vainqueur . Après quelques autres courses françaises peu fructueuses, il s'aligne sur le Tour international de la Wilaya d'Oran. Il s'y montre performant car, après avoir terminé avec les favoris lors des deux premiers jours, il s'impose sur l'étape reine . Mais au jeu des bonifications, c'est son coéquipier Laurent Évrard qui enlève le général. Rebellin termine donc deuxième, pour 5 secondes .
Il prend ensuite part au Tour de Belgique avec des ambitions. Cependant, il perd 1 minute dans le contre-la-montre. Lors de l'étape reine, il rate l’échappée d'une trentaine de coureurs qui se détache dès le début de course et qui comporte en son sein tous les leaders . Il termine du général, à 10 minutes 35 de Jens Keukeleire. Il participe ensuite à une cyclosportive, la Mercan’Tour Turini, qu'il termine .
Sur son championnat national, il ne peut pas rivaliser avec les meilleurs et termine , à près de 12 minutes du vainqueur. Il enchaîne par des courses d'un jour ou il se montre un peu plus à son avantage, comme sur les Grand Prix Jean-Pierre Monseré et Pino Cerami où il termine dans le premier peloton, ainsi qu'au Grand Prix Albert Fauville où une crevaison le prive de la possibilité de jouer une place sur le podium . Il profite aussi de l'été pour, comme chaque année, disputer divers critériums, comme le Crito Star, remporté par Anthony Roux . Il se classe par la suite trente-deuxième du Grand Prix des Marbriers , de Druivenkoers - Overijse et du Grand prix d'Isbergues . Il conclut son année par une très modeste 75ème place sur Binche-Chimay-Binche, confirmant les difficultés rencontrées sur le sol européen, notamment tout au long de la seconde moitié de la saison.

Saison 2019

Après avoir annoncé à la mi-novembre avoir deux offres pour 2019 , Rebellin décide de rempiler dans son équipe, devenu Team Sovac , à la suite du départ du sponsor belge Natura4Ever. Sa saison débute en France, au Grand Prix la Marseillaise, où il finit dans le premier peloton (33ème) . Il dispute ensuite l'Etoile de Bessèges qu'il finit 63ème, seulement distancé lors de l'ultime contre la montre . Il enchaîne avec le Tour du Haut Var dont les étapes sont beaucoup plus sélectives que les courses précédentes. Il le termine à la 36ème place, à près de 11 minutes de Thibaut Pinot . Durant cette course, Rebellin se plaint des conditions dans lesquelles son équipe a été logée, ainsi que de ses infrastructures, estimant qu'elles n'étaient « pas dignes » . A la suite de cet incident, après deux mois sans courir, il annonce que son contrat avec Sovac a été rompu à l'amiable, et qu'il s'engage à compter du mai avec la formation continentale croate Meridiana Kamen. Il annonce également que ce sera son dernier challenge et qu'il se retirera après les championnats d'Italie le 30 juin .
Il renoue avec la complétion à la mi-juin, près de 4 mois après sa dernière course, à l'occasion du Tour de Slovénie. Il fait bonne figure en se classant vingtième au terme de cinq étapes. À trois jours de son championnat national, Rebellin annonce qu'il pourrait revenir sur sa décision et qu'il tente de signer dans une équipe professionnelle pour la saison prochaine .
Il prend finalement la 18ème place de son championnat national, terminant avec des coureurs comme Fausto Masnada ou Giulio Ciccone, tous deux vainqueurs d'étape sur le dernier Giro. Il annonce le soir même sur les réseaux sociaux qu'il poursuit sa carrière au moins jusqu'à la fin de la saison .
Durant l'été, il remporte le Crito'Star, seul critérium de France organisé derrière derny, devant deux des plus gros baroudeurs du dernier Tour de France, Stéphane Rossetto et Yoann Offredo .
Il remet un dossard professionnel en août, à l'occasion de la Coppa Agostini, qu'il termine 18ème. Sa saison se conclue dans la foulée, avec la Coppa Bernocchi et le Trofeo Matteotti, où il se classe respectivement 34 et 33ème.
A la mi-octobre, après des mois de rumeurs, il signe en faveur de l'équipe hongroise Epowers Factory Team, dont l'objectif est d’être invité sur le Giro 2020 qui s'élancera de Budapest. Douze ans après sa dernière participation, Rebellin pourrait donc, à 48 ans, participer de nouveau à la course rose . Mais faute de fonds suffisants, ce projet est abandonné quelques semaines plus tard . Il est dans la foulée annoncé en négociations très avancées avec la nouvelle équipe continentale Cambodgia Cycling Académie , ce qu'il dément par la suite.

Saison 2020

Il faudra attendre début février pour que Rebellin annonce officiellement la prolongation de son contrat avec la Meridiana Kamen . Il devient ainsi le plus vieux coureur professionnel du peloton .
Sa saison démarre en Croatie, à l'occasion de l'Umag Trophy. La course se terminant par un sprint massif, il y prend une modeste 109ème place. Il dispute ensuite le Porec Trophy, ou le relief plus vallonné lui permet de finir 11ème. Malheureusement, la suite de sa saison est marquée, comme pour tous les autres coureurs professionnels par l’épidémie de Covid-19 qui voit l'annulation de toutes les courses cyclistes.
Il reprend la compétition fin juillet, à l'occasion du Sibiu Cycling Tour, disputé en Roumanie. Malgré la présence de deux équipes évoluant au niveau World Tour (Bora-Hansgrohe et Israël Start-Up Nation), il parvient à accrocher une 7ème place sur l'étape reine, ainsi qu'une 8ème place finale .
Il dispute fin aout le Championnat d'Italie, à propos duquel il déclare que "ça serait un rêve" de gagner . Mais il ne parvient pas à accrocher le premier groupe et doit se contenter d'une 34ème place, à près de 7 minutes de Giacomo Nizzolo.
Par la suite, il ne dispute plus aucune course car son équipe n'est pas invitée. Mi Décembre, il signe dans l'équipe cambodgienne Cambodia Cycling Academy pour la saison 2021.

Affaires de dopage et avec le fisc italien

Peu avant le Tour d'Italie 2001, il est filmé en caméra cachée, accompagné de son épouse Selina Martinello, en train de commander des produits dopants dans une chambre d'hôtel. Il sera relaxé en 2005, les images ne pouvant servir de preuve officielle, car elles violent le principe de la protection de la vie privée Davide Rebellin relaxé pour une affaire datant de 2001.
En mars 2002, à la suite d'une perquisition dans les chambres d'hôtels de coureurs avant le départ de la étape de Tirreno-Adriatico, il fait partie des six coureurs qui font l'objet d'une enquête de policeDernières brèves du cyclisme. Les carabiniers ont saisi dans sa chambre un produit à inhaler qu'ils ont restitué au coureur, conduit en caserne pour signer un procès-verbalhttps://www.rds.ca/cyclisme/la-police-effectue-une-descente-pendant-la-course-tirreno-adriatico-1.278762 La police effectue une descente pendant la course Tirreno-Adriatico.
En avril 2009, le CIO annonce que six athlètes ont été testés positifs au cours des Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin, sans mentionner les noms ou les sports concernés. Le Comité olympique national italien confirme ensuite qu'un cycliste italien a été testé positif à l'EPO CERA lors de la course sur route masculine, sans donner de nom. Le lendemain, le 29 avril 2009, le comité olympique italien annonce que Rebellin est l'athlète impliqué . L'agent de Rebellin envoie une demande d'analyse de l'échantillon B , qui confirme également le contrôle positif .
Le Comité national olympique italien poursuit ensuite Rebellin en justice, réclamant de dommages et intérêts et une peine de détention de douze mois en vertu d'une loi italienne adoptée en 2000 autorisant les sportifs à être emprisonnés pendant trois ans. De plus il est licencié par son équipe et ne peut plus disputer aucune course après les classiques ardennaises de 2009. Le 17 novembre 2009, il est déclassé par le CIO et perd donc sa médaille d'argent au profit du Suisse Fabian Cancellara. L'athlète, le lendemain, par l'intermédiaire de ses avocats, annonce vouloir faire appel de la sentence . Le 23 décembre, il accorde une interview à la Gazzetta dello Sport au cours de laquelle il signale des anomalies dans les procédures du CIO . Le 30 juillet 2010, le Tribunal arbitral du sport confirme la décision du CONI . Au cours de sa période de suspension, en 2009, est rendu publique une vidéo filmée en 2001, dans laquelle Rebellin est filmé en caméra cachée tout en essayant d'obtenir les produits dopants auprès de médecins. Le film n'a cependant pas été utilisé pour incriminer Rebellin en raison du retard avec laquelle les autorités ont présenté une telle preuve, mais a contribué à jeter un discrédit supplémentaire sur la carrière du cyclisteLes images qui accablent Davide Rebellin (vidéo) .
Le , l'UCI annonce une suspension de deux ans : jusqu'au 27 avril 2011. À l'issue de cette date, il décide de reprendre la compétition, à presque 40 ans.
Après sept années, le 30 avril 2015, le tribunal de Padoue le blanchit. Il est acquitté des accusations de dopage et d'évasion fiscale (il lui était reproché de s'être domicilié fictivement à Monaco entre 2003 et 2008 et de ce fait, de ne pas avoir déclaré 7 millions d'euros). Cependant le tribunal n'a pas le pouvoir ni les compétences pour déterminer si la condamnation infligée à un niveau sportif est juste ou injuste. La décision n'étant pas reconnue par les instances sportives, il ne récupère donc pas sa médaille olympique, seul le CIO ayant ce pouvoir"Il fatto non sussiste", Rebellin assolto due volte .

Palmarès et résultats

Palmarès amateur


  • 1988
    • du Grand Prix Rüebliland
    • du Grand Prix Rüebliland
  • 1989
    • Champion du monde du contre-la-montre par équipes juniors (avec Rossano Brasi, Andrea Peron et Cristian Salvato)
    • Trois Jours d'Axel
    • du Giro della Lunigiana
    • du Trofeo Buffoni
  • 1990
    • du Giro del Medio Brenta
  • 1991
    • 16px Médaillé d'or de la course en ligne des Jeux méditerranéens
    • Tour des régions italiennes :
      • Classement général
      • et b étapes
    • Trophée Minardi
    • du Gran Premio Palio del Recioto
    • Médaillé d'argent du championnat du monde route amateurs
    • du Tour de Lombardie amateurs

  • 1992
    • du Tour des régions italiennes
    • Trofeo Alcide Degasperi
    • Targa d'Oro Città di Varese
    • du Gran Premio Palio del Recioto
    • du Circuito della Murra
    • de la Cronostaffetta
    • du Trofeo Banca Popolare di Vicenza
    • du Trofeo Zssdi

Palmarès professionnel


  • 1992
    • du Tour de Romagne
    • du Tour de Lombardie
  • 1993
    • Hofbrau Cup :
      • Classement général
      • a étape (contre-la-montre par équipes)
    • de Tirreno-Adriatico
    • du Tour de Suisse
  • 1994
    • du Tour de l'Etna
    • de la Bicyclette basque
    • de l'Amstel Gold Race
    • du Tour de Romandie
  • 1995
    • du Tour du Trentin
    • a étape du Tour méditerranéen (contre-la-montre par équipes)
    • du Tour des Apennins
    • du Tour de la province de Reggio de Calabre
    • du Tour méditerranéen
    • de Milan-San Remo
    • de Tirreno-Adriatico
    • du Tour de Romandie
    • du Tour du Pays basque
    • de la Flèche wallonne
    • du Tour de Suisse
  • 1996
    • du Tour d'Italie
    • du Trophée Pantalica
    • du Tour de Romandie
    • du Tour de Lombardie
    • de Liège-Bastogne-Liège
    • du Tour d'Italie
    • du championnat du monde sur route
    • de la Coupe du monde
    • de la Flèche wallonne
    • du Tour du Pays basque
  • 1997
    • Classique de Saint-Sébastien
    • Grand Prix de Suisse
    • Trophée des grimpeurs
    • de la Coppa Sabatini
    • de la Coupe du monde
    • du Tour de Romandie
    • du Tour de Lombardie
  • 1998
    • Tour de Vénétie
    • Trois vallées varésines
    • du Tour de Suisse
    • du Tour de la Région wallonne
    • du Critérium international
    • de la Coppa Sabatini
    • du Tour des Apennins
    • du Trofeo Comunidad Foral de Navarra
    • du Tour de Romandie
    • du Championnat de Zurich
  • 1999
    • Tour méditerranéen :
      • Classement général
    • Tour du Haut-Var
    • Tour de Vénétie
    • Tour du Frioul
    • du Critérium international
    • Mémorial Nencini
    • de Tirreno-Adriatico
    • du Trophée Pantalica
    • de la Klasika Primavera
    • du Tour de la province de Lucques
    • du Tour du Pays basque
    • du Trofeo Laigueglia
    • du Grand Prix Miguel Indurain
    • du Championnat de Zurich
  • 2000
    • Tour de Vénétie
    • des Trois vallées varésines
    • de la Coppa Placci
    • du Tour du Haut-Var
    • de la Subida a Urkiola
    • du Trophée Pantalica
    • du Mémorial Fausto Coppi
    • de Liège-Bastogne-Liège
    • du Grand Prix de l'industrie et du commerce de Prato
    • de la Flèche wallonne
    • du Tour du Pays basque
    • du Tour de Lombardie
    • de la Classique de Saint-Sébastien
    • de la Coupe du monde
  • 2001
    • Classement général du Tour méditerranéen
    • Tirreno-Adriatico :
      • Classement général
    • et du Tour du Pays basque
    • Grand Prix de l'industrie et de l'artisanat de Larciano
    • Grand Prix de l'industrie et du commerce de Prato
    • Tour de Romagne
    • Mémorial Fausto Coppi
    • Grand Prix de Chiasso
    • du Brixia Tour
    • de Liège-Bastogne-Liège
    • du Grand Prix de Francfort
    • de la LuK-Cup
    • de la Classique de Saint-Sébastien
    • du Trofeo Laigueglia
    • du Tour de Vénétie
    • du Tour d'Émilie
    • du Tour du Haut-Var
    • de la Coupe du monde
    • de l'Amstel Gold Race
    • de la Flèche wallonne
  • 2002
    • Grand Prix de la ville de Camaiore
    • LuK-Cup
    • du Tour de Lombardie
    • du Grand Prix de Lugano
    • du Tour du Frioul
    • du Tour du Latium
    • de la HEW Cyclassics
    • du Tour de Vénétie
    • du Trophée Melinda
    • de la Coppa Placci
    • de la Coupe du monde
    • du Championnat de Zurich
    • de Liège-Bastogne-Liège
  • 2003
    • Grand Prix de Francfort
    • Grand Prix de l'industrie et du commerce de Prato
    • de Paris-Nice
    • de la HEW Cyclassics
    • du Tour d'Andalousie
    • du Trophée Melinda
    • de la Coppa Placci
    • de la LuK-Cup
    • de Milan-Turin
    • de Paris-Nice
    • du Tour d'Émilie
    • de l'Amstel Gold Race
    • de la Coupe du monde
    • du Championnat de Zurich
    • de la Classique de Saint-Sébastien

  • 2004
    • Amstel Gold Race
    • Flèche wallonne
    • Liège-Bastogne-Liège
    • et a (contre-la-montre) étapes du Tour de Saxe
    • Trophée Melinda
    • de Paris-Nice
    • de la Coppa Placci
    • de la Coupe du monde
    • de la Classique de Saint-Sébastien
    • de Paris-Bourges
    • du Championnat de Zurich
    • de la HEW Cyclassics
    • du Tour d'Allemagne
  • 2005
    • du Brixia Tour
    • du Tour du Pays basque
    • du Brixia Tour
    • du Grand Prix de Plouay
    • de la Flèche wallonne
    • de l'UCI ProTour
    • de l'Amstel Gold Race
    • du Tour de Lombardie
    • de la HEW Cyclassics
    • de Paris-Nice
  • 2006
    • Brixia Tour :
      • Classement général
    • Tour d'Émilie
    • du Grand Prix de Chiasso
    • du Championnat de Zurich
    • du Tour de Lombardie
    • de l'Amstel Gold Race
  • 2007
    • Flèche wallonne
    • Brixia Tour :
      • Classement général
    • de Paris-Nice
    • de l'Amstel Gold Race
    • du Tour d'Émilie
    • du Grand Prix de Chiasso
    • de l'UCI ProTour
    • de Liège-Bastogne-Liège
    • du Tour de Lombardie
    • du championnat du monde sur route
    • du Tour du Pays basque
    • de la Vattenfall Cyclassics
    • du Tour d'Allemagne
  • 2008
    • Tour du Haut-Var
    • Classement général de Paris-Nice
    • du Tour d'Émilie
    • de Liège-Bastogne-Liège
    • du Grand Prix de Lugano
    • du Grand Prix de Francfort
    • de la Classique de Saint-Sébastien
    • du championnat du monde sur route
    • de Milan-San Remo
    • de l'Amstel Gold Race
    • de la Flèche wallonne
  • 2009
    • et du Tour d'Andalousie
    • Flèche wallonne
    • du Grand Prix de Lugano
    • de Liège-Bastogne-Liège
    • du Tour d'Andalousie
    • de la Semaine cycliste lombarde
    • de Tirreno-Adriatico
  • 2011
    • Trois vallées varésines
    • Trofeo Melinda
    • de la Route du Sud
    • du Trophée Matteotti
    • du Mémorial Marco Pantani
    • de la Coppa Sabatini
    • du GP Nobili Rubinetterie Coppa Papa Carlo
    • du Grand Prix de la ville de Camaiore
    • de la Semaine cycliste lombarde
    • de l'UCI Europe Tour
  • 2012
    • du Tour de Slovaquie
    • Tour du Gévaudan Languedoc-Roussillon :
      • Classement général
    • du Tour de Grèce
    • du Tour de Slovaquie
    • du Grand Prix de l'industrie et du commerce de Prato
  • 2013
    • et du Szlakiem Grodów Piastowskich
    • Sibiu Cycling Tour :
      • Classement général
    • du Szlakiem Grodów Piastowskich
    • du championnat d'Italie sur routeL'épreuve est commune au Trophée Melinda
    • de l'UCI Europe Tour
  • 2014
    • a étape du Sibiu Cycling Tour (contre-la-montre par équipes)
    • Tour d'Émilie
    • du Sibiu Cycling Tour
    • du Tour de Murcie
    • du Tour du Limousin
    • de l'UCI Europe Tour
  • 2015
    • b étape de la Semaine internationale Coppi et Bartali (contre-la-montre par équipes)
    • du Tour de Turquie
    • Coppa Agostoni
    • du Sibiu Cycling Tour
  • 2016
    • du Czech Cycling Tour
  • 2017
    • Skandis GP
    • Tour de l'Ijen :
      • Classement général
    • du Tour d'Iran - Azerbaïdjan
    • du Tour de Lombok
  • 2018
    • du Tour international d’Oran
    • du Tour international d’Oran

Classiques et championnats du monde

Le tableau ci-dessous présente les classements de Davide Rebellin aux championnats du monde et sur les classiques auxquelles il a participé. Deuxième des Jeux olympiques de Pékin en 2008, il a été contrôlé positif et déclassé.
{ bgcolor="#f7f8ff" border="0" align="center"
-
-
-
-
-
-
- align="center" bgcolor="EFEFEF"
1995
-
-
-
-
-
-
-
- align="center"
1996
-
-
-
-
- align="center" bgcolor="EFEFEF"
1997
-
Vainqueur
-
Vainqueur
-
-
- align="center"
1998
-
-
-
-
-
-
-
- align="center" bgcolor="EFEFEF"
1999
-
-
-
-
-
- align="center"
2000
-
- align="center" bgcolor="EFEFEF"
2001
-
-
- align="center"
2002
-
-
- align="center" bgcolor="EFEFEF"
2003
-
- align="center"
2004
Vainqueur
Vainqueur
Vainqueur
- align="center" bgcolor="EFEFEF"
2005
-
-
-
- align="center"
2006
-
-
-
-
- align="center" bgcolor="EFEFEF"
2007
Vainqueur
-
-
- align="center"
2008
-
-
-
- align="center" bgcolor="EFEFEF"
2009
Vainqueur
-
-
-
-
-
-
- align="center"
2014
-
-
-
-
-
-
-
- align="center" bgcolor="EFEFEF"
2015
-
-
-
-
-
-
-
-
- align="center"
2016
-
-
-
-
-
-
-

Résultats sur les grands tours

Tour de France

2 participations
  • 1997 :
  • 2003 : abandon ( )

Tour d'Italie

12 participations
  • 1994 :
  • 1995 :
  • 1996 : , vainqueur de la , porteur du maillot rose 20px pendant 6 journées
  • 1998 :
  • 1999 :
  • 2000 :
  • 2001 : abandon
  • 2002 : abandon
  • 2004 : non-partant ( )
  • 2006 : abandon
  • 2007 : abandon ( )
  • 2008 : non-partant ( )

Tour d'Espagne

5 participations
  • 1996 :
  • 1999 : abandon
  • 2006 : abandon ( )
  • 2007 : abandon
  • 2008 : non-partant ( )

Classements mondiaux


Jusqu'en 2004, le classement UCI concerne tous les coureurs ayant obtenu des points lors de courses du calendrier international de l'Union cycliste internationale (324 courses en 2004). En 2005, l'UCI ProTour et les circuits continentaux sont créés, ayant chacun leur classement. De 2005 à 2008, le classement de l'UCI ProTour classe les coureurs membres d'équipes ProTour en fonction des points qu'ils ont obtenus lors des courses du calendrier UCI ProTour, soit 28 courses en 2005, 27 en 2006, 26 en 2007. En 2008, le calendrier du ProTour est réduit à 15 courses en raison du conflit entre l'UCI et les organisateurs de plusieurs courses majeures. Les trois grands tours, Paris-Roubaix, la Flèche wallonne, Liège-Bastogne-Liège, le Tour de Lombardie, Tirreno-Adriatico et Paris-Nice ne sont donc pas pris en compte dans le classement ProTour 2008. En 2009 et 2010, un « classement mondial UCI » remplace le classement ProTour. Il prend en compte les points inscrits lors des courses ProTour et des courses qui n'en font plus partie, regroupées dans un « calendrier historique », soit au total 24 courses en 2009 et 26 en 2010. Ce nouveau classement prend en compte les coureurs des équipes continentales professionnelles. En 2011, l'UCI ProTour devient l'UCI World Tour et reprend dans son calendrier les courses qui l'avaient quitté en 2008. Il comprend 27 courses en 2011 et son classement ne concerne plus que les coureurs membres des 18 équipes ProTeam.
Davide Rebellin obtient sa meilleure place en 2007 : deuxième du classement UCI ProTour. Il figure parmi les 10 premiers de 1998 à 2005.
{{Classements mondiaux UCI/Ligne/23circuit=Classement UCI
{{Classements mondiaux UCI/Ligne/23circuit=Classement ProTour Les résultats obtenus par Rebellin lors de Paris-Nice ( ), Liège-Bastogne-Liège ( ), Milan-San Remo ( ) et la Flèche wallonne ne sont pas pris en compte.
{{Classements mondiaux UCI/Ligne/23circuit=Classement mondial UCInc Davide Rebellin ne figure pas au classement mondial 2009 en raison de sa suspension pour dopage. Les points obtenus lors de la Flèche wallonne, de Liège-Bastogne-Liège et de Tirreno-Adriatico lui auraient permis d'être classé (voir le détail des points acquis).nc
{{Classements mondiaux UCI/Ligne/23circuit=UCI Europe Tour
{{Classements mondiaux UCI/Ligne/23circuit=UCI Asia Tour
Légende : nc = non classé

Distinctions

  • Mémorial Gastone Nencini (révélation italienne de l'année) : 1992
  • Oscar TuttoBici : 1999, 2001, 2007 et 2008
  • Giglio d'Oro (coureur italien de l'année) : 2001 et 2008

Notes et références

Notes


Références


Liens externes



  • Catégorie:Coureur cycliste italien
    Catégorie:Vainqueur d'étape du Tour d'Italie
    Catégorie:Coureur cycliste aux Jeux olympiques d'été de 1992
    Catégorie:Coureur cycliste aux Jeux olympiques d'été de 2008
    Catégorie:Naissance en août 1971
    Catégorie:Naissance dans la province de Vérone
    Catégorie:Personnalité italienne du XXe siècle
    Catégorie:Personnalité italienne du XXIe siècle
    Catégorie:Sportif suspendu pour dopage
    Catégorie:Sportif déchu d'une médaille olympique
    Catégorie:Vainqueur de Paris-Nice
     
    commentaires

    Il n'y a pas encore de commentaires




    vu pour la dernière fois
    Most vists