Today: Saturday 24 July 2021 , 4:49 am


advertisment
search




Famille Catoire

Dernière mise à jour 5 Jour , 4 heure 14 Vues

Advertisement
In this page talks about ( Famille Catoire ) It was sent to us on 19/07/2021 and was presented on 19/07/2021 and the last update on this page on 19/07/2021

Votre commentaire


Entrez le code
 
La famille Catoire est une famille française originaire de Picardie et de Lorraine, dont la filiation suivie remonte à Jean Catoire, né vers 1650 à Péronne (Somme) et implanté vers la fin du à Verdun (Meuse). Au , des membres de cette famille occupèrent des offices anoblissants au bureau des finances de Metz. Jean Baptiste Marie Auguste Catoire de Bioncourt (1789-1831) émigra en Russie vers 1817 et fut à l’origine d'une branche russe subsistante dont un rameau est redevenu français .

Histoire

La famille Catoire est originaire de Picardie d'où elle vint vers la fin du se fixer à Verdun, en Lorraine .
Jean Catoire (vers 1650 - 19 mars 1718), né à Péronne, est le premier membre de la filiation suivie de cette famille . Il vint se fixer à Verdun et fut directeur de l'hôpital royal de cette ville. Il épousa : 1° Marguerite Lambert ; 2° Anne-Marie Foucault .
Son fils, Jean Baptiste César Catoire (1696-1760), receveur particulier des finances à Verdun, puis trésorier de France au bureau des finances de Metz le 21 juin 1746, mort en charge le 15 juin 1760 , laissa trois fils dont les deux ainés, César et Nicolas, furent les auteurs de deux branches, et dont le plus jeune, François, banquier du roi à Verdun, eut plusieurs enfants qui moururent sans postérité .
Il épousa : 1° le 15 octobre 1719, Anne-Marie Ballon ; 2° le 22 aout 1729, Marguerite Rouyer ; 3° le 13 septembre 1734, Marie Thérèse Morin.

Branche ainée de Moulainville et Moncel

Jean Baptiste Henri César Catoire (1720-1796), seigneur de Moulainville (fils du précédent et d'Anne-Marie Ballon), fut pourvu en 1765 de l'office anoblissant de trésorier de France au bureau des finances de Metz, puis en 1773 de l'office anoblissant de secrétaire du roi près le parlement de Metz . Il épousa : 1° le 13 avril 1750, Jeanne Marie Reine Mangin, qui suit ; 2° Anne de Saint-Beaussant dont il n'eut pas d'enfants.
De Reine Mangin vinrent :
  • François Marie César Catoire, colonel du génie, épousa Julie La Jeunesse de Varennes, mort à Saint Dominique en 1802 sans postérité.
  • Dominique Catoire, né le à Verdun, reçu avocat au parlement de Metz le , procureur du roi au bailliage de Verdun, par provision du , épousa Louise Françoise Antoinette de Morland ; il fut membre du corps législatif, maire de Verdun . et député de la Meuse de 1804 à 1805 et mourut à Verdun le ., dont un fils mort en 1853 sans postérité .
  • François Clément Catoire (23 novembre 1763 à Verdun - 1843), frère du précédent, maire de Verdun, receveur des finances au bureau de Verdun . .
Cette branche s'éteignit à la fin du avec les petits-fils du précédent :
  • Louis Ange Edmond Catoire (né en 1839), receveur des domaines à Sedan , marié en 1867 à Damvillers (Meuse) avec Adèle Violard, sans postérité.
  • Ludovic Catoire (né en 1843) , marié en 1874 à Rumont (Meuse) avec Pauline Clotide Ernestine Legris, dont une fille Marie-Louise (1878-1939).

Branche cadette de Bioncourt

Jean Baptiste Nicolas Catoire (1730-1781), fils ainé de Jean Baptiste César Catoire, entrepreneur du roi, et de Marguerite RouyerÉtat-civil en ligne de la Meuse : Verdun, paroisse Saint-Sauveur, baptême le 25 juillet 1730, seigneur de Delme, Puzieux, Alincourt et de la baronnie de Bioncourt, qu'il acheta en 1752 et revendit en 1780 . Avocat au parlement puis avocat du roi au bureau des finances de Metz le 14 juillet 1767, procureur au siège royal des eaux et forêts de Metz . Il avait conçu le projet de rendre la Seille (affluent de la Moselle)Seille navigable et flottable en 1774 et 1775 . . . . Mort en charge en 1781.
Marié : 1) le 8 juillet 1756 à Françoise Marguerite Mangin († 1769) ; 2) en 1774 à Anne Catherine Milety.
Jean-Baptiste-Louis-César Catoire de Bioncourt (1757-1825), fils du précédent et de Françoise Marguerite Mangin. Avocat au parlement de Metz, avocat au bureau des finances de Metz le 22 septembre 1786, avocat général au bureau des finances des évêchés de Metz et d'Alsace, il fut directeur de la saline de Moyenvic ., administrateur général des salines de l'Est, et sous l'Empire, ambassadeur de France en République helvétique . Il était associé dans la Maison Catoire, Duquesnoy et compagnie ., fermiers des salines de la République FrançaiseBulletin des lois et décrets du Corps législatif de la République helvétique, 1798, page 351.. Il dirigeait la maison Catoire qui loua et exploita les salines de Salins-les-Bains (Jura) de 1797 à 1806https://books.google.fr/books?id=jthAAQAAMAAJ&pg=PA580&dq=%22Maison+Catoire%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiM-NzCpODVAhUB-mMKHRvuD4U4FBDoAQg3MAQ#v=onepage&q=%22Maison%20Catoire%22&f=false Alphonse Rousset, Frédéric Moreau, Dictionnaire géographique, historique, et statistique des communes de la Franche-Comté et des hameaux qui en dépendent, classés par département : département du Jura, , 1858, . Il exerçait en 1789 l'office anoblissant de trésorier de France au bureau des finances de Metz .
Par arrêt du Grand Conseil du 19 août 1786, il fut dispensé du paiement du marc d'or de noblesse comme noblehttps://books.google.fr/books?id=GvVSrfD_P8EC&q=%22obtenues+par+ledit+Sr+Jean+Baptiste+Nicolas+Catoire,+p%C3%A8re+du+Supliant,+le+29+avril+1767%22&dq=%22obtenues+par+ledit+Sr+Jean+Baptiste+Nicolas+Catoire,+p%C3%A8re+du+Supliant,+le+29+avril+1767%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj2_tDgi-DVAhVS6GMKHRe1Cy4Q6AEIKDAA Comte Robert de Roton, Les arrêts du Grand Conseil portant dispense du marc d'or de noblesse, 1951, page 429. ., car fils de Jean-Baptiste Nicolas Catoire, avocat du roi au bureau des finances de Metz en 1767, mort en charge en 1781, et petit-fils de Jean-Baptiste-Henri-César Catoire, trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Metz en 1746, mort en charge en 1760 (charges conférant la noblesse personnelle dès la réception et la noblesse graduelle héréditaire lorsque le père et le fils en avaient été investis et l'avaient chacun exercée vingt ans ou jusqu'à leur mort, sans qu'il fut nécessaire que le petit-fils fut pourvu de la même charge)http://www.memodoc.com/articles-charges.htm Classification des charges conférant la noblesse (extrait du "Nouveau Nobiliaire de France" de L. d'Izarny, J.J. Lartigue, J. de Vaulchier) : 47° Les officiers des bureaux des finances et des Chambres de domaines nonmentionnés dans les paragraphes II et III : Usage confirmé par édit de 1771..
Marié en 1780 à Germaine Vincent, sœur du Général Baron Nicolas-Charles de Vincent, au service de l’Autriche, ministre plénipotentiaire de François II d’Autriche et possédant encore ses propriétés à Bioncourt où il se retira avant de finir sa vie à Nancy après l’époque napoléonienne .. Ils eurent pour fille Marie-Stéphanie-Alphonsine Catoire de Bioncourt, mariée le 10 septembre 1814 à Nicolas-Joseph du Rieu de Pouilly, juge de paix du Canton de Verny ..
Jean-Baptiste-Marie-Auguste Catoire de Bioncourt (1789-1832), fils du précédent et de Germaine Vincent, est né à Moyenvic, canton de Vic, département de la Meurthe, le 14 octobre 1789. Vers l'année 1817, il a émigré en Russie et s'est fait naturaliser Russe en 1825. Marié en 1821 à Anne-Julie Levé, il fut l'auteur de la branche russe de la famille Catoire. En 1868, la maison « Veuve Catoire et fils » à Moscou était une succursale de Tresca et cie de Lyon et s'occupait de soies, soieries, thés, indigos et cotonsJean Bouvier, Le crédit Lyonnais de 1863 à 1882, S.E.V.P.E.N., 1961, page 735.. Il est mort à Moscou au cimetière des Allemands, le 30 mai 1832, et il y est enterré ; sa pierre tombale porte le nom de : Catoire de Bioncourt . À la révolution russe, son petit-fils, Léon ou Lev Lvovitch Catoire (1864-1922), émigra en France, à Paris, où sa descendance est subsistante.

Arbre généalogique de la branche russe


  • Jean-Baptiste-Marie-Auguste Catoire de Bioncourt (1789—1831) — émigré de France en 1821, citoyen russe en 1825, corps des marchands de la guilde
    marié avec Anna Ivanovna Levé (1789—1873) — femme de Russie marchande de la guilde, dont :
    • Charles Ivanovitch (1822—?) — président de 1870 à 1876 de la députation de Moscou créée par la Douma municipale en 1862, chargée de l'inspection générale du commerce et de l'industrie.
    • Constantin Ivanovitch (1823—1879) — membre des comités de comptabilité et de prêt du bureau de Moscou de la Banque d'État (1873—1876)
    • André ou Andreï Ivanovitch (1829—1887) — propriétaire foncier
      • Alexandre Andreïvitch (1863—1913) — collectionneur
    • Léon ou Lev Ivanovitch (1827—1899) — conseiller du commerce, membre de la Douma municipale (1877—1885)
      • André ou Andreï Lvovitch (1865—1929) — président du tribunal de commerce de Moscou (1901—1908, 1912—1917)
        • Ekaterina Andreïevna (1895/1896—1978) — peintre
          OO
             Andreï Petrovitch Struve (1899—1976)
        • Nikita Alekseïevitch Struve (1931—2016) — éditeur et traducteur dont l'Archipel du Goulag d'Alexandre Soljenitsyne publié en 1973 à Paris.
      • Georges ou Georgui Catoire (1861—1926) — compositeur, professeur au Conservatoire de Moscou
      • Léon ou Lev Lvovitch (1864—1922) — гmembre de la Douma municipale (1901-1918), émigré en France en 1918
        • Boris Lvovitch (1907—1978) — architecte
          OO
            Marie Alexandrovna Rehbinder (1907—1999), descendante de Mikhaïl Koutouzov
        • Boris Borissevitch (1936—2011) — ingénieur des ponts et chaussées et diplomate
        • Michel Borissevitch (1941) — directeur de banque
          OO
             Monique Catherine COMI (1941)
        • Alexandre (1968) — chef d'entreprise
          OO
             Sophie Jurgita IVASKEVICIUTE (1980) Pierre (1969)

Personnalités

  • Jean-Baptiste-Nicolas Catoire (1730-1781), seigneur de Bioncourt . . . . .
  • Jean-Baptiste-Louis-César Catoire de Bioncourt (1757-1825), directeur de la saline de Moyenvic, administrateur général des salines de l'Est, sous l'Empire, ambassadeur de France en République helvétique . . . . {{Ouvrage prénom1=François nom1=Barthélemy (1747-1830) titre=Papiers de Barthélemy, ambassadeur de France en Suisse, 1792-1797. : publiés sous les auspices de la Commission des archives diplomatiques, par M. Jean Kaulek éditeur=F. Alcan date=1886-1910 passage=412 isbn= lire en ligne=https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64707060/f422.image.r=catoire consulté le=4 novembre 2017. . . .
  • Jean-Baptiste Catoire-Moulainville (1762-1805), maire de Verdun, député de la Meuse .
  • Georgui Catoire (1862-1926), compositeur . . .
  • Alexandre Catoire de Bioncourt (1863-1913), collectionneur d'armes, marié en 1888 avec Gilonne Henriette d'Harcourt . . .
  • Léon Catoire (Lev Lvovitch Catoire - Лев Львович Катуар) (1864-1922), membre du parlement russe (1901-1918), élu au poste de maire de Moscou (1913) non confirmé par le Conseil des ministres car catholique et d'origine française . . . . ..
  • Jean Catoire (1923-2005), compositeur .
  • Boris Catoire (1907-1978), architecte .
  • Boris Catoire (1936-2011), conseiller commercial, ingénieur en chef des ponts et chaussées .

Alliances

Les principales alliances de la famille Catoire sont : Lambert, Foucault, Ballon, Rouyer, Morin, Henry, de Bellavène, Mangin de Saint-Beaussant, La Jeunesse de Varennes, Morland, Gautrey, de Fuye (1788) de Chartogne (1822), Joly de Sailly, Jacquet, Robert, Violard, Legris, Mangin (1769), Milety (1774), Vincent (1780), Gilbert (1803), du Rieu de Pouilly (1814), Levé (1821), Depret (1843), Urbain (1852), Levé (1855), Demoncy (1862), d'Harcourt (1888)

Armes


  • D'argent à un mont de six coupeaux de sinople accosté de deux lions de gueules ; au chef d'azur chargé d'un soleil d'or accosté de deux étoiles d'argent
  • Supports : deux lévriers .

Références


Bibliographie

  • {{Ouvrage auteur1=Ludovic de Magny titre=Recueil de généalogies de maisons nobles de France volume= éditeur= année=1894 lire en ligne=https://books.google.fr/books?id=NrY-AQAAMAAJ&pg=RA51-PA2&dq=Le+nom+de+CATOIRE+est+fort+ancien id=Magny.
  • {{Ouvrage auteur1=Gustave Chaix d'Est-Ange titre=Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du tome= : Cas-Cha éditeur= année=1910 passage=42-43 lire en ligne=https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112002q/f46.image.r= id=Chaix.

Articles connexes

  • Familles subsistantes de la noblesse française (A à K)
  • Armorial des familles de Lorraine

Catégorie:Famille noble française
Catégorie:Famille noble de Lorraine
Catégorie:Famille russe
 
commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires

vu pour la dernière fois
Most vists