Today: Wednesday 4 August 2021 , 2:00 am


advertisment
search




Ophthalmoi

Dernière mise à jour 9 Jour , 3 heure 19 Vues

Advertisement
In this page talks about ( Ophthalmoi ) It was sent to us on 25/07/2021 and was presented on 25/07/2021 and the last update on this page on 25/07/2021

Votre commentaire


Entrez le code
 
nne montrant un navire de guerre et un hippocampe. Sur la proue du navire figure un ophthalmos. Musée national (Beyrouth).
Fichier:Exekias Dionysos Staatliche Antikensammlungen 2044.jpgthumb210pxDionysos et les pirates tyrrhéniens. Le bateau montre un ophthalmos entre des doubles chevrons. Kylix attique à figures noires, daté v.530. Potier : Exékias. Provenance : Vulci. Staatliche Antikensammlungen, Munich.
Les ophthalmoi – du mot grec (« ophthalmos » : « œil » – ou oculi – latin –, sont des éléments figurant sur la proue de navires de l'Antiquité, notamment les trières grecques, et représentant des yeux. Ils peuvent être simplement peints ou être des éléments en relief, en bois, en métal . , en pierre, en marbre, fixés sur le navire. On suppose qu'ils ont pu représenter les yeux de dieux ou de déesses ou, du moins, avoir eu une fonction protectrice pour le navire, son équipage et, éventuellement, sa cargaison.
Les ophthalmoi sont des éléments « décoratifs » courants sur les proues des anciens navires de guerre grecs, où ils sont le plus souvent peints. Des documents relatifs à la marine athénienne et des découvertes archéologiques au Pirée attestent que ces éléments ont pu prendre la forme de pièces de marbre fixées sur les navires de guerre grecs de la période classique. Fin des années 1990 début des années 2000, on a découvert que ces éléments avaient également pu servir à orner des navires marchands.
La tradition de représenter des yeux sur la proue de bateaux de tout type s'est perpétuée dans certaines régions du monde jusqu'à nos jours, où elle a pour but de protéger l'embarcation contre le mauvais œil.

Ophthalmoi sur les navires de guerre

L'utilisation d'ophthalmoi comme éléments décoratifs de navires de guerre grecs est bien connu, car ceux-ci sont mentionnés dans des inventaires de trières du  siècleLes Tabulæ curatorum navalium (IG II2 : 1604-1632). . On peut voir ces ornements en forme d'yeux sur des vases archaïques et classiques. La plus ancienne représentation d’un ophthalmos sur la proue d'un bateau de guerre dont nous ayons connaissance figure sur le cratère d’Aristonothos . – Aristonothos est le nom du fabricant du cratère., trouvé à Cerveteri (alors en Étrurie), vase daté du deuxième quart du  siècle avant l'ère chrétienne et conservé aujourd'hui à Rome, aux Musées du CapitoleCourte notice sur le cratère d'Aristonothos. – Sur le site des Musées du Capitole..
Fichier:NaveGreca.jpgthumbleft240pxReprésentation d'un bateau à voiles grec présentant un ophthalmos, et un éperon en forme de tête de sanglier. Détail d'une coupe à figures noires datée v.530-510. Attribuée au potier Nicosthénès. Musée du Louvre, ParisNotice sur le site du Musée du Louvre..
Les bateaux grecs ne seront pas les seuls à arborer ces éléments. On en trouve des exemples (« oculi ») sur des vaisseaux romains et, aux temps talmudiques, on donnait aux écubiers de la proue de navires juifs la forme d'yeux, qui étaient appelées « 'ēna » (de l'araméen signifiant « œil »). Par la suite, ces motifs seront dissociés des écubiers et seront peints ou gravés à côté de ceux-ci.
Les ophthalmoi sont connus non seulement parce qu'ils sont représentés sur de nombreux vases antiques, mais aussi par la découverte, à la fin du , lors de fouilles d'anciens ateliers de construction navale athéniens à Zéa, d'environ une douzaine d'exemplaires en marbre provenant de navires de guerre grecs. Ces éléments, aujourd'hui conservés au Musée archéologique du Pirée, auraient été utilisés entre le V et le III  siècle . « A Classical Greek Shipwreck at Tektaş Burnu » : « Excavation ».
Fichier:Romtrireme.jpgthumbupright=1.3Trière romaine présentant un oculus (ophthalmos), sur une mosaïque. Musée national du Bardo (Tunis).

Ophthalmoi sur les navires marchands

Lors d’une autre fouille, sur l’épave d’un navire marchand du , découverte en 1996 au large de la côte égéenne près de Tektaş Burnu en Turquie ., les archéologues de l’Institute of Nautical Archaeology ont trouvé deux objets comparables à ceux de Zéa .. Il s'agit de disques de marbre blancInventoriés sous les numéros TK7 et TK222. de 14 centimètres de diamètre environ, d'un côté plats et, de l'autre, convexes, et présentant une forme vaguement arrondie incisée dans la pierre, portant des traces de peinture et qui peut fait penser à l'iris d’un œil.
Les disques de Tektaş Burnu ressemblent à deux autres représentations du : l'une figurant sur une œnochoé et l'autre sur une coupe. La découverte de Tektaş Burnu constitue un témoignage sans précédent de l'utilisation d'ophthalmoi pour la décoration de navires marchands. On peut également voir un ophthalmos représenté sur la proue d'un navire de commerce sur la fresque étrusque de La Tomba della Nave, peinte au près de Tarquinia en Italie. {{refnecUne autre représentation du montre un ophthalmos mal dessiné sur la proue d’un bateau marchand.
== Hypothèses relatives à la fonction des ophthalmoi ==
Fichier:Detail Amasis Painter Cdm Paris 222.jpgthumb220pxTête de Poséidon. Détail d'une scène représentant Athéna et Poséidon figurant sur une amphore du avant l'ère chrétienne, découverte à Vulci.
La question de la présence de ces ophthalmoi sur les proues des navires mérite d'être posée. Selon Lionel Casson . Lionel Casson (1914-2009) : professeur émérite à l'Université de New York, spécialiste en histoire maritime., ces disques étaient des « yeux du taureau ». Le culte de Poséidon était répandu dans toute la Grèce, en particulier dans les villes maritimes, et les hommes lui sacrifiaient des taureaux. On peut en effet lire dans L'Odyssée d'Homère :
Homère, L'Odyssée, Chant III. Traduction de Leconte de Lisle.

D’après certains historiens, les ophthalmoi sur les proues des bateaux symbolisaient la présence d’une déité protectrice. Selon Torr, la présence d’ophthalmoi sur la proue reflétait le sentiment que le bateau était un être vivant qui avait besoin de voir son chemin .. Dans Les Suppliantes, Eschyle décrit l’arrivée d’un navire et parle de ses yeux :

Fichier:Egyptian Coffin Mask.jpgthumbleft180pxMasque funéraire égyptien. XVIII ou XIX dynastie (Nouvel Empire). Freer and Sackler Galleries, Washington.
Il est probable que les marins faisaient des prières et des offrandes à une ou à des déités protectrices pendant leur voyage en mer. James Hornell a comparé la présence des ophthalmoi aux yeux peints sur les sarcophages chez les anciens Égyptiens, qui pensaient ainsi donner aux défunts la possibilité de voir l’extérieur. Selon lui, les ophthalmoi sur le navire symbolisaient les yeux de la déité, laquelle guidait et protégeait les hommes et, dans le cas de navires marchands, leur marchandise. Il les a comparés à certains rites encore observés en Inde au , concernant les bateaux appelés kalla dhoni (« bateau de voleur »). Sur ce type de bateau, un ophthalmos est gravé de chaque côté de la proue, accompagné du nom de la déesse-patronne inscrit dans un cartouche. Parfois, ces éléments sont surmontés d'un signe propitiatoire hindou indiquant que le bateau est offert à la déesse et est assimilé à la monture ou véhicule de celle-ci . ,
 
commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires

vu pour la dernière fois
Most vists