Today: Friday 30 July 2021 , 8:34 am


advertisment
search




Tahar Guiga

Dernière mise à jour 3 Jour , 3 heure 28 Vues

Advertisement
In this page talks about ( Tahar Guiga ) It was sent to us on 27/07/2021 and was presented on 27/07/2021 and the last update on this page on 27/07/2021

Votre commentaire


Entrez le code
 
Tahar Guiga ( ), né en 1922Article sur la littérature tunisienne (Encyclopédie Larousse) à Takrouna et mort en 1993, est un écrivain tunisien.

Biographie

Originaire du village berbère de Takrouna, il est le fils d'Abderrahman Guiga, écrivain et l'un des premiers enseignants à s'intéresser à l'histoire des Hilaliens en Tunisie. Il est le cousin de Driss Guiga, homme politique qui devient ministre dans les gouvernements présidés par Habib Bourguiba.
Tahar Guiga étudie au Collège Sadiki de Tunis, établissement également fréquenté par son oncle Bahri où ce dernier est le camarade de classe et le meilleur ami de Tahar Sfar et Bourguiba.
Après des études supérieures en France puis à l'Université d'Alger, Tahar Guiga décroche deux diplômes : l'un en littérature arabe et l'autre en littératures latine et grecque. Le début de sa carrière est similaire à celle de son père dans la mesure où tous deux travaillent dans l'enseignement secondaire. Guiga occupe pendant sa carrière divers postes administratifs au ministère de l'Éducation, ainsi qu'au ministère de la Culture. Il préside notamment le Centre culturel international d'Hammamet, plus connu sous le nom de Dar Sébastian, ainsi que le Festival international d'Hammamet à partir de 1967Historique du Festival international d'Hammamet.
Pour lui rendre hommage, un espace touristique dédié à l'artisanat à Takrouna, son village natal, porte le nom de Rocher bleuJalel El Gharbi, « Une journée à Takrouna », Babelmed, 22 août 2009, en référence à son recueil de nouvelles, Le Grand rocher.
Maison de Tahar Guiga.JPGVue de face de la maison de Tahar Guiga à Takrouna
Maison de Tahar Guiga photo 2.JPGVestiges de la maison
Identificateur de la maison de Tahar Guiga.JPGMarbre sculpté sur la façade de la maison

Œuvres

Ses nouvelles sont le fruit d'une réflexion philosophique ayant pour but d'analyser la situation politique de l'époque. Il participe de cette façon à la transition vers une littérature néoclassique, celle de la génération bilingue de l'indépendance. Il publie plusieurs œuvres dont :
  • La Chine moderne
  • Aigles et crapauds
  • Le Grand rocher
  • Neuf nuits en compagnie de Calypso
  • Les Mémoires d'Alexandre le Grand
  • La Geste hilalienne avec Abderrahman Guiga, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1968
  • Dorgouth Rais : le magnifique seigneur de la mer, éd. Maison tunisienne de l'édition, Tunis, 1974
  • Abdelaziz Gorgi : la quête de la lumière avec Abdelaziz Gorgi, éd. Cérès Productions, Tunis, 1985
  • Contes et nouvelles de Tunisie, éd. Conseil international de la langue française, Paris, 1986

Bibliographie

  • Jean Fontaine, « Tahar Guiga », Ibla, , premier semestre 1974,
  • Notes et références


    Liens externes


  • Catégorie:Écrivain tunisien
    Catégorie:Élève du Collège Sadiki
    Catégorie:Naissance en 1922
    Catégorie:Naissance en Tunisie
    Catégorie:Décès en 1993
     
    commentaires

    Il n'y a pas encore de commentaires

    vu pour la dernière fois
    Most vists