Today: Sunday 13 June 2021 , 12:35 am


advertisment
search


Elise Kiener

Dernière mise à jour 22 Jour , 5 heure 4 Vues

Advertisement
In this page talks about ( Elise Kiener ) It was sent to us on 21/05/2021 and was presented on 21/05/2021 and the last update on this page on 21/05/2021

Votre commentaire


Entrez le code
 
Elise Kiener, née le Tavannes en Suisse et morte le à Séfula en Rhodésie du Nord (Zambie actuelle), est une missionnaire suisse.

Biographie

Marie-Elise est née le 17 mai 1853 à Tavannes en Suisse. Fille de Frédéric Kiener de Zezwil et de Cécile Julie née Droz de Mont Tramelan.
Institutrice à Dombresson dans le canton de Neuchâtel de 1872-1889.
Empreinte d’une piété profonde, elle s’engage énergiquement dans la communauté de l’Église indépendante: école du dimanche, Union Chrétienne, société de tempérance, etc.
En 1879, elle se porte volontaire pour rejoindre le missionnaire François Coillard, fondateur de la Mission du Zambèze sous l’égide de la Société des Missions évangéliques de Paris.
En 1885, celui-ci s’est installé à Sesheke, une importante chefferie du pays Lozi. Cette région, découverte en 1851 par l’explorateur David Livingston, est encore à l’écart de toute influence coloniale jusqu’à l’arrivée des agents anglais de Cécil Rhodes à la fin du siècle.
Elise Kiener, dépose sa candidature la même année auprès de la Société des missions évangéliques de Paris. Elle est envoyée en 1889 comme institutrice-missionnaire le long du fleuve Zambèze. Elle est successivement en poste à Sefoula (dès octobre 1890), à Kazungula et enfin à Lealui. Elle devient doyenne de la Mission du Zambèze et prend la direction de la station de Mabumbu.
Plusieurs missionnaires sont appelés sur les fronts d’Europe pendant la Grande Guerre. Pour suppléer à ces départs, E. Kiener, alors doyenne de la mission du Zambèze, prend la direction de la station de Mabumbu.
D’un désintéressement absolu et d’une modestie proverbiale, l’institutrice était d’une nature sans concession, « aimant l’ordre jusqu’à la passion. » Son portrait sous la plume des autres missionnaires est empreint d’une certaine retenue, inspirée par sa personnalité sévère et réservée. Sans doute, cette attitude inspirait-elle le respect à ceux qui la côtoyaient.
Elle œuvrera toute sa vie dans les différentes écoles de cette mission, mis à part deux séjours de repos en Europe entre 1898-1901 et 1909-1910. Pourtant, Elise Kiener était d’apparence fragile. Au point que le Comité de Paris, effrayé à l’examen de sa candidature par la frêle constitution de la jeune femme, n’autorise son départ qu’à condition qu’elle en prenne elle-même l’entière responsabilité. En fait, elle connaîtra une carrière d’une exceptionnelle longévité, alors que nombre de ses collègues succomberont sous la rudesse du climat zambézien. De sorte que Mademoiselle Kiener est doyenne de la Mission du Zambèze lorsqu’elle s’éteint le 2 mai 1919 à Séfula où elle repose auprès de François Coillard, fondateur de la Mission réformée française au Zambèze.

Source

Les Archives de l'État de Neuchâtel conservent un fonds concernant Elise Kiener, il contient essentiellement de la correspondance (1890-1901) et son journal, ainsi que des documents photographiques et quelques coupures de presse. L'inventaire de ce fonds est consultable sur le portail des archives neuchâteloisesInventaire en ligne : portail des archives neuchâteloises..
  • Notes et références


    Bibliographie

    • Edmond Bille, « Jeunesse d'un peintre (1878-1902) », Bibliotheca Vallesiana – 1, Imprimerie Pillet, Martigny, 1962, .
    • Juste Bouchet, « In memoriam et notice nécrologique du missionnaire », Journal des missions évangéliques, Société des Missions évangéliques de Paris, Paris, vol. 94, , 1919, et 29-33.
    • Jean-François Zorn, Le grand siècle d’une mission protestante : la Mission de Paris, 1822-1914, Karthala, Paris, 1993, 791 p., réed. 2012, 800 p.
    • Notice nécrologique, Nouvelles du Zambèze, vol. 22, , Genève, septembre 1919, .
    • Pour le salut des païens et des Neuchâtelois : trajectoires missionnaires. -Frédéric Noyer. -In: Vers d'autres continents. - Hauterive : G. Attinger, 2006. - .
    • Antoine Staffelbach, "Entre mythe métropolitain et réalité missionnaire : L'expérience du voyage dans la correspondance d'Elise Kiener, Neuchâteloise traversant l'Afrique australe en 1890", MINI-MÉMOIRE sous la direction du Prof.Laurent Tissot Semestre d'automne 2013.

    Catégorie:Missionnaire suisse
    Catégorie:Naissance en mai 1853
    Catégorie:Naissance à Tavannes
    Catégorie:Décès en mai 1919
    Catégorie:Décès en Zambie
    Catégorie:Personnalité féminine suisse
     
    commentaires

    Il n'y a pas encore de commentaires




    vu pour la dernière fois
    Most vists