Today: Saturday 19 June 2021 , 2:28 pm


advertisment
search




Joseph Kokou Koffigoh

Dernière mise à jour 4 Jour , 22 heure 32 Vues

Advertisement
In this page talks about ( Joseph Kokou Koffigoh ) It was sent to us on 14/06/2021 and was presented on 14/06/2021 and the last update on this page on 14/06/2021

Votre commentaire


Entrez le code
 
Joseph Kokou Koffigoh, né en 1948, est un homme politique et poète togolais .

Biographie

Membre de la Coordination des forces nouvelles (CFN), il est Premier ministre du au .
Koffigoh est né à Kpélé Dafo. Il a été le chef de l' Association du Barreau du Togo et en , il a fondé la première organisation des droits de l' homme dans le pays, la Ligue togolaise des droits de l' homme ( Ligue Togolaise des Droits de l'homme , LTDH), qui rapidement gagné le soutien à la fois à la maison et à l'étranger. Il a été élu Premier ministre par la Conférence nationale du ; Le président Gnassingbé Eyadéma a été déchu de ses pouvoirs et laissé en tant que président de cérémonie. La Conférence avait demandé à Koffigoh de former un gouvernement de transition menant aux élections qui devaient ensuite se tenir en 1992 et auxquelles ni Koffigoh ni Eyadéma ne seraient autorisés à se présenter. Bien que Eyadéma ait tenté de suspendre la conférence, entourant le site de soldats, il a par la suite accepté la nomination de Koffigoh. En plus de servir en tant que Premier ministre, Koffigoh est également devenu ministre de la Défense. Selon l'opposition, les nominations subséquentes de partisans et d'amis à la tête d'entreprises publiques par Koffigoh ont suscité des critiques et de l'antipathie de la part d'autres membres de l'opposition; il était accusé de renforcer sa propre base de pouvoir plutôt que l'unité de l'opposition, affaiblissant ainsi l'opposition dans la lutte en cours contre Eyadéma .
Dans les mois qui ont suivi sa nomination, des troupes fidèles à Eyadéma ont tenté à plusieurs reprises d’évincer Koffigoh. Le , ils s'emparèrent de la radio et de la télévision nationales et demandèrent à Koffigoh de démissionner avant de quitter la station; Koffigoh a ensuite déclaré à la radio que l'ordre avait été rétabli. Une semaine plus tard, ils ont tenté en vain d’enlever Koffigoh. Quatre personnes auraient été tuées au cours de manifestations et de violences qui ont suivi. Après le parti d'Eyadéma, le Rassemblement du peuple togolais (RPT) a été interdit par le Haut Conseil de la République de transition (HCR) en , des soldats ont commencé à assiéger la résidence officielle de Koffigoh à Lomé.fin novembre, exigeant le remplacement du gouvernement de Koffigoh et menaçant de "réduire la ville en cendres"; Ils ont également exigé que le RPT soit à nouveau légalisé et que le HCR soit dissous. Koffigoh a appelé à l'aide militaire française. Eyadéma a publiquement appelé les soldats à regagner leurs casernes et a exprimé sa confiance envers Koffigoh, mais l'a également invité à entamer des consultations sur la formation d'un nouveau gouvernement d'union nationale. Après l'appel de Eyadéma, ainsi que des discussions entre Eyadéma et Koffigoh et entre Eyadéma et les soldats, ceux-ci ont levé leur siège au bout de deux jours. Cependant, ils l'ont rapidement repris. Pour apaiser les soldats, Koffigoh a proposé d'inclure des partisans d'Eyadéma au gouvernement, mais il a refusé de dissoudre son gouvernement et a de nouveau appelé à l'aide de la France.
Le , des soldats ont réussi à capturer Koffigoh lors d'une attaque d'assaut impliquant des chars et des mitraillettes sur sa résidence officielle. De nombreuses personnes ont été tuées dans ces violences: au moins 17, et peut-être plus de 200. Les soldats ont amené Koffigoh à sa rencontre avec Eyadéma, et plus tard le même jour, Eyadéma a publié une déclaration selon laquelle lui et Koffigoh formeraient un nouveau gouvernement de transition pour remplacer le gouvernement précédent de Koffigoh. Bien que Eyadéma n'ait pas pris la responsabilité des actes des soldats, il était largement soupçonné d'avoir derrière eux. Koffigoh a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il n'était pas détenu et qu'il travaillait à "remettre les choses en ordre"; bien qu'il soit resté en poste, son pouvoir a été considéré comme réduit. Le , un nouveau gouvernement dirigé par Koffigoh, comprenant trois membres du RPT, a été annoncé. la plupart des membres du gouvernement précédent de Koffigoh sont restés et Koffigoh lui-même a continué à assumer les fonctions de ministre de la Défense.
La période de transition, qui devait initialement prendre fin en , a été prolongée jusqu'au . Koffigoh a dissous son gouvernement le , bien qu'il soit resté en place par intérim; Eyadéma et lui se sont mis d'accord le pour organiser des élections - locales, parlementaires et présidentielles - parallèlement à un référendum constitutionnel - par étapes avant la fin de l'année. Koffigoh a formé un nouveau gouvernement le avec 18 ministres, dont six du RPT. Le , il a limogé deux membres du gouvernement du RPT, le ministre de l'Administration territoriale et de la Sécurité, Agbéyomé Kodjo, et le ministre des Communications et de la Culture, Benjamin Agbéka, mais Eyadéma a empêché leur renvoi. Un rassemblement de soutien à Koffigoh, qui a déclaré qu'il ferait appel de cette affaire devant la Cour suprême, s'est tenu à Lomé le . L’opposition a déclenché une grève le même mois mais, le , Koffigoh a appelé à la fin de la grève. En conséquence, le Collectif de l'opposition démocratique-2 a refusé de participer aux pourparlers avec Koffigoh le . Eyadéma a reconduit Koffigoh au poste de Premier ministre plus tard dans le mois, bien que l'opposition et le HCR aient contesté cette décision. au motif que seul le HCR avait le droit de nommer le Premier ministre. Ayant adopté une attitude plus coopérative à l'égard d'Eyadéma, Koffigoh est devenu le sujet de critiques de l'opposition.
La Coordination des forces nouvelles a été créée en 1993 en tant que coalition à six partis, dirigée par Koffigoh. Au deuxième tour des élections législatives de , Koffigoh a été élu à l'Assemblée nationale en tant que candidat UDR / CFN dans la troisième circonscription de la préfecture de Kloto. Il était le seul candidat du CFN à remporter un siège. Après les élections, il a démissionné de ses fonctions de Premier ministre avec son gouvernement le . Eyadéma a nommé Edem Kodjo au poste de Premier ministre en avril, et Kodjo a succédé à Koffigoh en bureau le . À l'Assemblée nationale, Koffigoh était considéré comme un allié fiable du RPT pendant la législature qui a suivi les élections de 1994.

Œuvres


Notes et références


Annexes


  • Catégorie:Naissance en 1948
    Catégorie:Premier ministre du Togo
    Catégorie:Poète du XXIe siècle
     
    commentaires

    Il n'y a pas encore de commentaires




    vu pour la dernière fois
    Most vists